Pyongyang outré d'être désigné «État soutien du terrorisme»

Kim Jong Un, lors d'un discours diffusé à... (Ahn Young-joon, archives AP)

Agrandir

Kim Jong Un, lors d'un discours diffusé à la télévision prononcé en septembre en réponse aux positions de Donald Trump.

Ahn Young-joon, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La Corée du Nord a qualifié mercredi de « grave provocation » sa désignation par Washington comme État soutien du terrorisme, affirmant que les sanctions ne la forceraient jamais à renoncer à son programme d'armes nucléaires.

« Notre armée et notre peuple sont emplis de rage et de colère envers les gangsters haineux qui ont osé mettre le nom de notre pays sacré sur cette misérable liste de terrorisme », a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères cité par l'agence officielle KCNA.

« Les armes nucléaires (...) sont la dissuasion qui permet de sauvegarder notre souveraineté (...) Tant que les États-Unis poursuivront leur politique hostile anti-nord-coréenne, notre dissuasion en sera d'autant plus renforcée ».

Accusant Washington de se comporter comme « un juge international en matière de terrorisme », le porte-parole a estimé que la décision américaine était « manifestement une absurdité et une mascarade au regard de la paix et de la sécurité du monde ».

Le président américain Donald Trump a annoncé lundi que les États-Unis avaient décidé d'inscrire à nouveau la Corée du Nord dans leur liste noire des « États soutenant le terrorisme » pour accroître la pression contre son programme nucléaire.

Le régime nord-coréen a rejoint les autres ennemis des États-Unis inscrits sur cette liste noire : l'Iran et la Syrie, et le Soudan, qui rentre toutefois progressivement dans les bonnes grâces américaines.

Pyongyang y avait déjà figuré de 1988 à 2008, pour son implication présumée dans l'attentat à la bombe contre un avion sud-coréen qui avait fait 115 morts en 1987.

Les États-Unis espèrent qu'une fois totalement isolé, soumis à un blocus économique draconien et sous la menace de l'option militaire souvent brandie par le président américain, Kim Jong-Un finira par accepter des négociations sur son programme nucléaire.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer