Les américains mettent en garde Pyongyang en cas d'attaque nucléaire

Le secrétaire américain à la Défense James Mattis... (PHOTO Kim Min-Hee, AFP)

Agrandir

Le secrétaire américain à la Défense James Mattis a rencontré vendredi son homologue sud-coréen Han Min-Koo à Séoul.

PHOTO Kim Min-Hee, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SÉOUL

Une attaque nucléaire nord-coréenne contre les États-Unis ou ses alliés entraînerait une réponse «efficace et écrasante», a averti vendredi le secrétaire américain à la Défense James Mattis, en visite à Séoul.

Le chef du Pentagone est le premier responsable de l'administration Trump à partir en voyage officiel à l'étranger. Arrivé jeudi en Corée du Sud, il poursuivra vendredi au Japon une tournée destinée à rassurer ces alliés clés des États-Unis quant à l'engagement de Washington en matière de sécurité à leurs côtés.

Le président américain avait publiquement envisagé le retrait des soldats américains du sud de la péninsule coréenne et de l'archipel nippon, à défaut d'une hausse significative de la contribution financière de ces deux pays.

«Toute attaque contre les États-Unis ou nos alliés sera vaincue et l'utilisation d'armes nucléaires entraînera une réponse efficace et écrasante», a déclaré M. Mattis avant une réunion avec le ministre sud-coréen de la Défense Han Min-Koo.

Il a dit qu'il entendait à Séoul «souligner l'engagement prioritaire des États-Unis en faveur de notre alliance bilatérale» et «l'engagement total» à défendre la démocratie sud-coréenne.

La Corée du Nord a réalisé en 2016 deux essais nucléaires et des dizaines de tests de missiles.

Les experts s'accordent à dire que le régime de Pyongyang, dont l'ambition est de pouvoir porter le feu nucléaire sur le territoire continental américain, a fait d'énormes progrès vers cet objectif.

Dans son discours du Nouvel An, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un avait vanté l'imminence d'un test de missile balistique intercontinental (ICBM).

Dans l'un de ses traditionnels tweets du soir, Donald Trump avait répliqué qu'un missile nord-coréen n'atteindrait jamais le territoire américain.

Jeudi, M. Mattis et le premier ministre sud-coréen Hwang Kyo-Ahn sont convenus de poursuivre l'installation sur le sol sud-coréen d'un très controversé bouclier antimissile de fabrication américaine.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer