La Corée du Nord en voie de posséder 100 armes nucléaires dans cinq ans

Le leader nord-coréen, Kim Jung-Un... (PHOTO REUTERS/KCNA)

Agrandir

Le leader nord-coréen, Kim Jung-Un

PHOTO REUTERS/KCNA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La Corée du Nord semble en mesure d'accroître son programme nucléaire militaire au cours des cinq prochaines années et pourrait posséder en 2020 jusqu'à cent armes atomiques, selon un scénario catastrophe dressé mardi par des experts américains.

Bien que ce programme nord-coréen soit mal connu, des spécialistes estiment que le régime de Pyongyang posséderait un arsenal de 10 à 16 armes nucléaires.

Joel Wit, de l'institut américano-coréen de l'université Johns-Hopkins à Washington, a dévoilé mardi devant la presse les premiers résultats «troublants» d'une étude de 15 mois sur l'arsenal de la Corée du Nord.

Épaulé par l'expert américain en matière de non-prolifération David Albright, M. Wit a établi trois hypothèses fondées sur les avancées réalisées par le régime communiste entre 2009 et 2014.

«Pour ce genre de programmes, il y a des développements qui permettent de faire plus facilement des prédictions (...). Nous mesurons l'avenir comme le font les services de renseignement», a commenté M. Wit.

Selon un premier scénario, Pyongyang posséderait dans cinq ans 20 armes nucléaires, certaines étant assez miniaturisées pour être portées par des missiles balistiques capables d'atteindre le Japon, voisin de la péninsule coréenne.

Un second scénario, le plus probable, conférerait à la Corée du Nord un arsenal de 50 armes nucléaires d'ici à 2020, si tant est que le programme militaire se poursuive au même rythme.

Enfin, dans «le pire des scénarios» selon M. Wit, l'arsenal grossirait beaucoup plus rapidement en cinq ans pour atteindre le nombre de 100 armes nucléaires. «C'est un scénario plutôt effrayant avec une croissance importante de l'arsenal de la Corée du Nord», s'est alarmé l'expert.

La Corée du Nord a mené trois essais nucléaires, en 2006, 2009 et 2013.

Début février, Pyongyang avait semblé exclure toute reprise du dialogue avec les États-Unis, menaçant de répondre à toute «guerre d'agression» américaine par des frappes nucléaires et des actes de piratage informatique.

La dernière séance de discussions entre les deux Corées, la Chine, la Russie, le Japon et les États-Unis avait eu lieu en décembre 2008.

L'objectif des pourparlers à six est de persuader la Corée du Nord de renoncer à ses armes nucléaires en échange d'une aide et d'autres avantages tels que des garanties de sécurité et la normalisation des relations diplomatiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer