Corées: nouvelle réunion de familles à la veille de manoeuvres américaines

Un premier groupe de Coréens du Sud et... (Photo AFP)

Agrandir

Un premier groupe de Coréens du Sud et du Nord s'étaient rencontrés dans un climat d'intense émotion entre jeudi et samedi dans la station du mont Kumgang, en territoire nord-coréen.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

La menace nord-coréenne

International

La menace nord-coréenne

Depuis plusieurs semaines, la Corée du Nord de Kim Jong-un multiplie les menaces à l'endroit de Séoul et Washington. Si pour plusieurs la stratégie belliqueuse de Pyongyang vise en premier lieu à attirer Washington à la table de négociations, pour certains le discours guerrier du jeune dirigeant nord-coréen, qui brandit notamment la menace nucléaire, inquiète. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
Séoul, Corée du Sud

Des dizaines de Sud-Coréens, la plupart très âgés, ont traversé la frontière dimanche pour retrouver en Corée du Nord des proches dont ils sont séparés depuis la fin de la guerre (1950-53).

Un premier groupe de Coréens du Sud et du Nord s'étaient rencontrés dans un climat d'intense émotion entre jeudi et samedi dans la station du mont Kumgang, en territoire nord-coréen.

Dimanche, à la veille d'exercices militaires américano-sud-coréens, et jusqu'à mardi, ce sont 350 personnes venues du Sud qui retrouveront 88 proches restés de l'autre côté de la frontière et dont elles n'avaient plus de nouvelles depuis des décennies.

Ryoo Jung-Hee, 69 ans, s'apprêtait ainsi à embrasser son frère de 81 ans pour la première fois depuis la guerre. Incorporé dans l'armée du Nord à l'âge de 17 ans, sa famille sans nouvelles de lui le croyait mort.

«Ce fut un miracle d'apprendre qu'il était vivant et voulait nous revoir», a-t-elle confié avant son départ de Séoul.

Ces réunions de famille sont les premières organisées depuis 2010.

La Corée du Nord a fini par donner son accord alors qu'elle exigeait au préalable l'annulation d'exercices militaires entre la Corée du Sud et les États-Unis qui commencent lundi.

Pyongyang dénonce ces exercices comme des répétitions à l'invasion de la Corée du Nord.

«Les États-Unis se réjouissent verbalement de la réunion des familles (...) mais leur secrétaire d'Etat, lors d'une récente visite dans le Sud, a souligné que les exercices auraient lieu comme prévu», tempêtait samedi le journal nord-coréen Rodong dans un éditorial.

«C'est une tentative malsaine de faire obstacle à la percée que nous avons réalisée pour améliorer les relations intercoréennes», a-t-il estimé.

En état de confrontation quasi permanente, les deux Corées sont techniquement toujours en guerre, n'ayant pas signé de traité de paix après l'armistice de 1953.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer