Donald Trump juge les systèmes de la CIA «obsolètes»

La CIA a accusé WikiLeaks d'aider les adversaires... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

La CIA a accusé WikiLeaks d'aider les adversaires des États-Unis, jugeant que le public américain devrait s'inquiéter de toute publication «qui a pour but d'altérer la capacité de la communauté du renseignement à protéger l'Amérique des terroristes et autres adversaires».

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Fuites de WikiLeaks
Fuites de WikiLeaks

Consultez notre dossier sur la publication de 250 000 câbles diplomatiques américains par WikiLeaks. »

Jerome CARTILLIER
Agence France-Presse
Washington

Deux jours après les révélations de WikiLeaks sur la CIA, la Maison-Blanche a estimé que les systèmes technologiques de la prestigieuse agence de renseignement américain étaient «obsolètes», faisant écho aux propos du fondateur du site controversé.

WikiLeaks a publié près de 9000 documents, que les États-Unis n'ont pas authentifiés, décrivant des centaines de programmes malveillants permettant de prendre le contrôle d'appareils électroniques, comme des smartphones ou des téléviseurs connectés, pour espionner leurs utilisateurs.

Interrogé sur les commentaires au vitriol de Julian Assange, fondateur de Wikileaks, qui a estimé que la CIA faisait preuve d'«incompétence dévastatrice», Sean Spicer, porte-parole de l'exécutif, n'a pas souhaité s'exprimer sur le contenu des révélations mais insisté sur la nécessité de réformes.

«Le président est très préoccupé par la publication d'informations secrètes qui affaiblit et menace notre sécurité nationale», a-t-il déclaré. «Il pense que les systèmes de la CIA sont obsolètes et doivent être modernisés», a-t-il ajouté.

Mercredi, la CIA avait, elle, accusé WikiLeaks d'aider les adversaires des États-Unis, jugeant que le public américain devrait s'inquiéter de toute publication «qui a pour but d'altérer la capacité de la communauté du renseignement à protéger l'Amérique des terroristes et autres adversaires».

Les documents publiés par WikiLeaks montrent que l'agence de renseignement a élaboré nombre de programmes, dont des virus, qui ont pris pour cible des iPhone, des systèmes fonctionnant sous Android (Google) le très populaire Microsoft ou encore les télévisions connectées de Samsung, pour les transformer en appareils d'écoute à l'insu de leur utilisateur.

Accéder directement à ces appareils personnels permet d'écouter leurs utilisateurs et de contourner les protections par cryptage qui se généralisent sur les messageries comme WhatsApp (Facebook) ou Signal.

«C'est un acte d'incompétence dévastatrice d'avoir créé un tel arsenal et de l'avoir conservé au même endroit», a déclaré M. Assange lors d'une conférence de presse retransmise par vidéo depuis l'ambassade d'Equateur à Londres, où il est réfugié depuis 2012.

Le fondateur de Wikileaks n'est pas «un exemple de vérité et d'intégrité», a rétorqué l'agence de renseignement.

Julian Assange a indiqué que WikiLeaks allait travailler avec les fabricants d'appareils électroniques, promettant de leur donner «un accès exclusif» à des détails techniques supplémentaires afin que des corrections puissent être apportées.

Julian Assange... (AP) - image 2.0

Agrandir

Julian Assange

AP

Assange «allié de Poutine» 

Cette affaire place de nouveau les autorités américaines en porte-à-faux avec le secteur technologique, avec lequel les relations s'étaient déjà tendues après qu'Edward Snowden eut montré en 2013 comment une autre agence américaine, la NSA, pouvait accéder aux serveurs de Google, Microsoft ou Apple.

Si les groupes technologiques sont conscients du risque représenté pour leur image par ces révélations, les experts en sécurité estiment que leur ampleur n'a rien à voir avec l'affaire Snowden, en particulier car les méthodes décrites permettraient un espionnage ciblé et pas une surveillance de masse.

Interrogé sur le fait de savoir si Julian Assange devait être écroué, le porte-parole de l'administration américaine a éludé, renvoyant la question vers le ministère de la Justice. Il a cependant assuré que la position de l'administration Trump était la même que celle de la précédente: «Il a, dans le passé, affaibli et mis en danger notre sécurité nationale».

Dans le camp républicain, des voix s'élèvent pour réclamer une extrême fermeté contre Julian Assange, accusé en particulier d'avoir joué le jeu de la Russie dans les interférences lors de l'élection présidentielle.

Le sénateur Ben Sasse a ainsi estimé jeudi qu'il devrait «passer le reste de sa vie en combinaison orange (de prisonniers)». «Il est un ennemi du peuple américain et un allié de Vladmir Poutine», a-t-il ajouté.

Julian Assange est réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres depuis juin 2012 pour éviter une extradition vers la Suède où il est visé par des accusations de viol.

Il affirme craindre que Stockholm ne l'envoie ensuite vers les États-Unis où il devrait répondre de la publication par WikiLeaks des documents militaires et diplomatiques révélés par Chelsea Manning.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • WikiLeaks nuit aux États-Unis, dit la CIA

    Monde

    WikiLeaks nuit aux États-Unis, dit la CIA

    La CIA a accusé mercredi WikiLeaks d'aider les adversaires des États-Unis en révélant les méthodes qu'elle utiliserait pour transformer l'iPhone... »

  • Wikileaks prend le secteur techno par surprise

    Techno

    Wikileaks prend le secteur techno par surprise

    Les grands groupes technologiques ont été de nouveau pris à revers par les révélations de Wikileaks sur les techniques de la CIA permettant de... »

  • La CIA touchée par une bombe de Wikileaks

    Monde

    La CIA touchée par une bombe de Wikileaks

    La CIA peut transformer votre télévision en appareil d'écoute, contourner les applications de cryptage, voire contrôler votre véhicule, selon des... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer