Marche de sept jours en mémoire de Michael Brown

Harlem a été le théâtre d'une manifestation de... (PHOTO CARLO ALLEGRI, REUTERS)

Agrandir

Harlem a été le théâtre d'une manifestation de solidarité envers Ferguson, le 29 novembre.

PHOTO CARLO ALLEGRI, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ferguson

International

Ferguson

La mort de Michael Brown, un jeune Noir de 18 ans abattu par un policier blanc, a plongé cette banlieue de St. Louis au Missouri, dont la population est à forte majorité afro-américaine, dans une crise raciale et sociale sans précédent. »

Sur le même thème

Jennie MATTHEW
Agence France-Presse
SAINT-LOUIS

Des militants des droits civiques se sont rassemblés samedi à Ferguson au départ d'une marche de sept jours visant à dénoncer la décision de ne pas inculper un policier blanc responsable de la mort d'un jeune Noir dans cette ville du Missouri.

À l'appel de la puissante organisation de défense des personnes de couleur (NAACP), des dizaines de manifestants convergeaient et une soixantaine de motos faisaient vrombir leurs moteurs dans la rue de Ferguson où le jeune Michael Brown, qui n'était pas armé, a été abattu d'au moins six balles par le policier Darren Wilson.

Ce devait être le point de départ d'une marche de 192 kilomètres, dont 16 devaient être parcourus samedi, qui espère rallier des milliers de personnes entre cette banlieue de St Louis et Jefferson City, la capitale du Missouri.

Les manifestants réclament le renvoi du chef de la police de Ferguson et une réforme de fond des services de la police au niveau national, dont il dénonce les contrôles au faciès.

«Nous nous battrons jusqu'à ce qu'on crève de froid puis nous nous battrons sur la glace», a déclaré le président du NAACP William Brooks lors d'une cérémonie religieuse à St Louis, avant de rejoindre le point de ralliement.

«Ce que nous recherchons ici c'est la justice pour une famille en deuil ainsi qu'une réforme fondamentale du système s'agissant de la surveillance d'une communauté blessée», a expliqué M. Brown aux journalistes.

Plusieurs villes des États-Unis ont été le théâtre de manifestations qui ont parfois dégénéré en émeutes depuis l'annonce lundi de la décision, par un grand jury populaire, de ne pas lancer de poursuites judiciaires à l'encontre du policier responsable de la mort de Michael Brown, 18 ans, le 9 août.

Le mouvement de protestation intervient aussi alors qu'un enfant noir a été tué par un policier le week-end dernier à Cleveland (Ohio) alors qu'il jouait avec une arme factice.

«Quand un enfant de 12 ans est tué avec un jouet entre les mains, il y a quelque chose de fondamentalement injuste», a ajouté M. Brooks.

«Ce n'est pas quelque chose qu'on peut simplement écrire à la craie comme une exception tragique. C'est vraiment le signe que quelque chose va mal dans le système», a-t-il souligné, annonçant une marche calme et non violente.

D'autres manifestations étaient prévues samedi dans la région de St. Louis.

Un rassemblement est notamment prévu devant le domicile du gouverneur du Missouri, Jay Nixon, qui avait décrété l'état d'urgence dans l'attente de la décision du grand jury, en prévision des échauffourées et des scènes de pillage, qui ont éclaté dans la nuit de lundi à mardi à Ferguson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer