La Syrie a remis à temps l'inventaire de ses armes chimiques

Des échantillons rapportés par les inspecteurs de l'ONU... (PHOTO HENRY ARVIDSSON, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Des échantillons rapportés par les inspecteurs de l'ONU sont examinés à leur arrivée à La Haye aux Pays-Bas, le 31 août.

PHOTO HENRY ARVIDSSON, ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
DAMAS

La Syrie a remis l'inventaire attendu de son arsenal chimique à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) samedi, dans le délai imparti par l'accord russo-américain du 14 septembre, un signe apparent de collaboration du régime de Damas.

«L'OIAC a confirmé avoir reçu la liste attendue du gouvernement syrien sur son programme d'armes chimiques», a indiqué à l'AFP l'organisation basée à La Haye. «Le secrétariat technique est en train d'examiner l'information reçue».

L'accord de Genève, élaboré tandis que Washington menaçait la Syrie d'une action militaire en réponse à une attaque chimique meurtrière le 21 août, stipule que l'arsenal chimique de Damas doit être détruit d'ici la fin du premier semestre 2014.

Cet accord et l'inventaire par Damas ne mettent cependant pas fin aux divergences, et les tractations diplomatiques continuent en vue de l'adoption d'une résolution à l'ONU sur le désarmement chimique de Damas.

L'adoption d'une telle résolution bute en effet sur l'inscription ou non du texte sous le chapitre VII de la Charte des Nations unies qui prévoit des mesures coercitives allant de sanctions économiques à l'usage de la force, en cas de non-respect par la Syrie de ses engagements.

La Russie, fidèle allié de Damas, s'oppose à une telle résolution voulue par les pays occidentaux.

Mais un haut responsable du Kremlin a averti samedi que son pays pourrait changer de position s'il se rendait compte que le président Bachar al-Assad «trichait».

«Ce que je dis pour l'instant est théorique et hypothétique, mais si nous avions un jour la certitude qu'Assad trichait, nous pourrions changer notre position», notamment au sujet du chapitre VII, a déclaré Sergueï Ivanov, chef de l'administration présidentielle russe.

De son côté, le président français François Hollande défendra mardi à l'Assemblée générale de l'ONU «une résolution aussi contraignante que possible», avec ou sans référence au chapitre VII, selon son entourage.

L'adoption d'une résolution semble toutefois exclue tant que le Conseil exécutif de l'OIAC ne s'est pas réuni pour débattre de la destruction des armes chimiques, réunion qui a été reportée sine die.

La Chine, membre permanent du Conseil de sécurité, a pour sa part réclamé une mise en oeuvre rapide de l'accord sur la destruction des armes chimiques, tout en exprimant l'espoir d'une solution politique à la crise.

Une équipe d'enquêteurs mandatés par l'ONU, dont neuf experts de l'OIAC, affirme avoir trouvé des «preuves flagrantes et convaincantes» de l'utilisation de gaz sarin lors du massacre le 21 août près de Damas ayant fait des centaines de morts, selon leur rapport publié lundi dernier.

Les pays occidentaux accusent le régime syrien, qui dément catégoriquement d'avoir mené cette attaque ainsi que d'autres à l'arme chimique depuis le début de la crise syrienne en mars 2011. Moscou, de son côté, a toujours cherché à dédouaner son allié syrien.

L'opposition rejette une offre de dialogue de Téhéran

L'accord sur un démantèlement de l'arsenal chimique syrien n'a en rien permis de ralentir les violences sur le terrain.

L'aviation du régime a mené de nombreux raids samedi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), notamment dans les provinces de Damas, Alep et Hama.

Près de Hama, dans le centre de la Syrie, quinze personnes, dont deux femmes et un enfant, ont été tuées vendredi soir par balle et à l'arme blanche dans une offensive de l'armée et de miliciens pro-régime contre un village sunnite, indique l'OSDH, qui s'appuie sur un large réseau de militants et de sources médicales.

L'agence syrienne Sana a confirmé la reconquête par le régime de ce village et de deux autres dans la même province, sans évoquer de victime.

Par ailleurs, l'OSDH a indiqué que l'Armée syrienne libre (ASL - bras armé de l'opposition) et les jihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) avaient procédé à un échange de prisonniers à Azaz, ville du nord-ouest de la Syrie, conformément à un accord de trêve conclu vendredi.

L'EIIL a pris mercredi cette ville à l'ASL, soulignant les tensions entre jihadistes et le courant principal de la rébellion.

La Coalition de l'opposition syrienne a pour sa part rejeté une proposition de l'Iran de faciliter un dialogue entre les rebelles et Damas, l'estimant peu crédible de la part du principal allié régional du régime de Bachar al-Assad.

Le président iranien Hassan Rohani avait affirmé jeudi, dans une tribune publiée sur le site internet du quotidien américain Washington Post, que son gouvernement était «prêt à aider à faciliter le dialogue entre le gouvernement syrien et l'opposition».

«Il aurait été plus utile pour les dirigeants iraniens de retirer leurs experts militaires et leurs combattants du territoire syrien», a souligné l'opposition qui a toujours accusé Téhéran de soutenir militairement le régime Assad.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer