Armes chimiques: l'ONU a reçu la demande d'adhésion de Damas à la convention

L'ambassadeur syrien à l'ONU Bachar Jaafari a affirmé... (Photo Brendan McDermid, Reuters)

Agrandir

L'ambassadeur syrien à l'ONU Bachar Jaafari a affirmé qu'avec cette démarche la Syrie était désormais «légalement» liée par la Convention.

Photo Brendan McDermid, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
NEW YORK

L'ONU a annoncé jeudi avoir reçu une demande d'adhésion de la Syrie à la convention de 1993 sur l'interdiction des armes chimiques.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est félicité de cette initiative et a «exprimé l'espoir que les discussions en cours à Genève (entre Russes et Américains sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien) conduisent rapidement à un accord». Dans sa lettre adressée à l'ONU, le gouvernement syrien «a exprimé son engagement à respecter les obligations de la Convention avant même que celle-ci prenne effet en Syrie», a ajouté M. Ban dans un communiqué.

L'ambassadeur syrien à l'ONU Bachar Jaafari a affirmé qu'avec cette démarche la Syrie était désormais «légalement» liée par la Convention.

«Il y a quelques heures, nous avons reçu un document d'adhésion de la part du gouvernement syrien concernant la convention sur les armes chimiques et nous l'étudions», avait déclaré auparavant un porte-parole de l'ONU, Farhan Haq.

Il a précisé que l'adhésion à un traité déjà signé par d'autres pays requiert «certaines procédures» qui prendront «quelques jours». «Il faut un délai de quelques jours avant qu'un pays puisse se joindre formellement» à une convention, a-t-il précisé. L'adhésion «est une première étape».

Le même porte-parole a précisé ensuite à l'AFP ne pas être en mesure de confirmer que la démarche syrienne avait été acceptée par l'ONU, qui est garante de la Convention de 1993.

Dans un entretien avec un média russe, le président syrien Bachar al-Assad avait indiqué jeudi que la Syrie allait «envoyer un message à l'ONU et à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, dans lequel figureront les documents techniques nécessaires pour signer l'accord».

La Convention sur l'interdiction des armes chimiques (CIAC), signée le 13 janvier 1993 à Paris et entrée en vigueur le 29 avril 1997, interdit la fabrication, le stockage et l'utilisation d'armes chimiques et interdit aux signataires d'aider un pays tiers à s'engager dans la fabrication ou l'utilisation de ces armements. Son application, notamment la destruction des stocks, est supervisée par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), basée à La Haye (Pays-Bas).

Selon les procédures appliquées par l'ONU pour les traités, l'adhésion a le même effet juridique que la ratification et se produit en général quand le traité est déjà entré en vigueur. La Syrie n'a jamais signé la Convention de 1993, mais a signé le Protocole de Genève de 1925 qui interdit l'utilisation d'armes chimiques. Plusieurs autres pays n'ont pas signé la convention, dont la Corée du Nord, Israël et l'Égypte.

Bachar Jaafari a affirmé qu'avec ce document d'adhésion, son pays était désormais «légalement» partie à la Convention et qu'«un chapitre de cette affaire des armes chimiques devrait prendre fin».

Il a fait valoir que la Syrie avait amassé un arsenal chimique comme «un simple moyen de dissuasion contre l'arsenal nucléaire israélien». Israël est considéré par les experts comme une puissance nucléaire, mais n'a jamais reconnu officiellement détenir la bombe atomique.

L'ambassadeur syrien a dit s'attendre à ce que le rapport des experts de l'ONU sur les armes chimiques en Syrie soit remis à Ban Ki-moon au début de la semaine prochaine. «Nous n'avons rien à cacher», a-t-il affirmé. Mais il a ajouté que la Syrie ne voulait pas d'un rapport «partial, politisé ou manipulé».

Une porte-parole de la mission américaine à l'ONU, Etin Pelton, a déclaré que la démarche syrienne devait s'accompagner «pour être crédible de mesures immédiates pour révéler, mettre à disposition et éliminer l'arsenal chimique syrien sous contrôle international». La communauté internationale doit s'assurer que «le non-respect par la Syrie (de ses obligations) entraine des conséquences».

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Damas disséminerait son arsenal chimique<em></em><strong></strong>

    Syrie

    Damas disséminerait son arsenal chimique

    La Syrie a commencé à disséminer son arsenal chimique sur une cinquantaine de sites différents, dans le but de compliquer la tâche des enquêteurs... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer