Quatre Égyptiens tués par leur bombe au sud du Caire

Des affrontements entre des manifestants islamistes et la... (PHOTO KHALED KAMEL, AFP)

Agrandir

Des affrontements entre des manifestants islamistes et la police ont secoué le quartier défavorisé de Matariya, au Caire, où au moins trois personnes ont été arrêtées.

PHOTO KHALED KAMEL, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Égypte
Égypte

Notre dossier sur le soulèvement populaire qui secoue l'Égypte. »

Agence France-Presse
LE CAIRE

Quatre Égyptiens soupçonnés d'appartenir à la mouvance islamiste sont morts vendredi en manipulant des explosifs alors qu'un adolescent a été tué dans des heurts entre police et manifestants, selon des responsables de la sécurité.

Les quatre islamistes présumés ont péri dans un village de la province de Fayoum au sud du Caire, a précisé la police.

L'explosion s'est produite dans une ferme avicole appartenant à un responsable de la confrérie et la police y a trouvé 39 bombes, des circuits électriques et des produits chimiques servant à fabriquer des explosifs, selon un communiqué du ministère de l'Intérieur.

Deux des victimes appartenaient à la confrérie et les deux autres corps étaient trop mutilés pour pouvoir être immédiatement identifiés.

Néanmoins, la branche politique des Frères musulmans a affirmé que les victimes, qui faisaient partie de ses «partisans», avaient été tués par une bombe lancée par la police.

Au Caire, un adolescent de 15 ans a été tué par des tirs de chevrotine lors d'affrontements entre des manifestants islamistes et la police dans le quartier défavorisé de Matariya, selon la source policière. Au moins trois personnes ont été arrêtées.

La veille, deux personnes -un manifestant et un policier- ont été tuées dans des heurts à l'occasion de plusieurs manifestations à l'appel des Frères musulmans qui marquaient le 1er anniversaire de la destitution par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi.

Depuis un an, les autorités mènent une répression féroce contre les partisans de M. Morsi, accusant les Frères musulmans déclarés «organisation terroriste», de mener des attaques contre les forces de sécurité.

La confrérie assure pour sa part être une organisation pacifique, mais certains de ses membres ont apparemment été impliqués dans ces attaques même si celles-ci sont en général revendiquées par des groupes jihadistes.

La répression contre les Frères musulmans a fait en un an plus de 1400 morts et a abouti à l'arrestation de plus de 15 000 personnes.

Selon le gouvernement, plus de 500 policiers et soldats ont péri dans le même temps dans de nombreuses attaques.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer