Poutine appuie Sissi à la présidentielle égyptienne

Le maréchal Sissi (au centre), 59 ans, se... (PHOTO HASSAN AMMAR, ARCHIVERS AP)

Agrandir

Le maréchal Sissi (au centre), 59 ans, se présentera à la présidentielle.

PHOTO HASSAN AMMAR, ARCHIVERS AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'Égypte sous tension
L'Égypte sous tension

Notre dossier sur le soulèvement populaire qui secoue l'Égypte. »

Agence France-Presse
Moscou, Russie

Le président russe a déclaré soutenir la décision du maréchal égyptien Abdel Fattah al-Sissi de se présenter à la présidentielle, lors d'une rencontre à Moscou avec le chef de l'armée et nouvel homme fort de l'Égypte.

«Je sais que vous avez pris la décision de présenter votre candidature à la présidentielle en Égypte», a déclaré M. Poutine au maréchal Sissi, selon les images de la télévision russe.

«C'est une décision très responsable, de s'investir d'une mission pour le peuple égyptien. Je vous souhaite, en mon nom et au nom du peuple russe, de réussir», a déclaré M. Poutine au maréchal Sissi, selon les images de la télévision russe.

«La stabilité de la situation dans tout le Moyen-Orient dépend largement de la stabilité en Égypte. Je suis persuadé qu'avec votre expérience vous allez réussir à mobiliser vos partisans et établir des relations avec toutes les parties de la société égyptienne», a ajouté le président russe.

Très populaire en Égypte, le maréchal Sissi, ministre de la Défense, n'a pas encore annoncé officiellement dans son pays sa candidature mais il ne fait pas mystère de ses intentions depuis qu'il a destitué le 3 juillet le président Mohamed Morsi, dont le gouvernement mis en place réprime les partisans.

Le nouvel homme fort d'Égypte est arrivé mercredi en Russie, accompagné du ministre égyptien des Affaires étrangères Nabil Fahmi.

Les deux hommes ont rencontré plus tôt dans la journée jeudi leurs homologues russe Sergueï Choïgou et Sergueï Lavrov pour renforcer la coopération entre les deux pays, notamment militaire.

Ce voyage est la réponse à la visite des ministres de la Défense et des Affaires étrangères russes au Caire le 14 novembre, qui avaient eu lieu en plein refroidissement --causé par la destitution de M. Morsi et la répression sanglante des manifestations de ses partisans-- des relations entre l'Égypte et les États-Unis, son principal allié et bailleur de fonds.

«Nous avons décidé d'accélérer la préparation des documents qui donneront un coup d'envoi supplémentaire à la coopération militaire et militaro-technique», a déclaré M. Lavrov à l'issue de la rencontre.

«Nous avons discuté de toute une liste d'actions communes qui représentent un intérêt réciproque, (...) dont des manoeuvres conjointes et la formation de militaires égyptiens» en Russie, a renchéri M. Choïgou.

En novembre, la Russie avait annoncé qu'elle allait livrer au Caire des systèmes de défense antiaérienne et discutaient de la livraison d'avions et d'hélicoptères à l'armée.

Le montant des contrats atteindrait 2 milliards de dollars, selon la presse russe.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer