L'Égypte aurait déjoué une attaque dans le Canal de Suez

Des navires qui transitent dans le Canal de... (PHOTO Chad R. Erdmann, US NAVY/AFP)

Agrandir

Des navires qui transitent dans le Canal de Suez.

PHOTO Chad R. Erdmann, US NAVY/AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'Égypte sous tension
L'Égypte sous tension

Notre dossier sur le soulèvement populaire qui secoue l'Égypte. »

Agence France-Presse
LE CAIRE

Le président de l'Autorité du Canal de Suez a affirmé que l'Égypte était parvenue à déjouer samedi une attaque «terroriste» contre un bateau visant à interrompre le trafic maritime sur cet axe maritime crucial au Moyen-Orient.

L'amiral Mohab Mamich a affirmé qu'«un terroriste» avait lancé une attaque contre un bateau battant pavillon panaméen, ajoutant dans un communiqué qu'elle avait «totalement échoué sans provoquer de dégâts pour le bateau ou son chargement».

Le communiqué ne donne aucun détail sur la nature de cette attaque, survenue à 8 h 30 (heure de Montréal), mais des sources avaient indiqué avoir entendu deux fortes explosions à bord du bateau.

L'armée a donné l'ordre de renforcer les mesures de sécurité autour de cet axe stratégique et a agi «avec fermeté» face à cette tentative visant à interrompre le trafic sur le canal, poursuit le texte.

Samedi, le trafic s'est poursuivi de façon normale, avec 45 bateaux ayant traversé dans les deux sens, et 55 autres sont attendus dimanche, selon le communiqué.

Le canal qui fait le lien entre la mer Rouge et la mer Méditerranée est particulièrement sensible au moment où plusieurs États, Washington en tête, envisagent des frappes sur la Syrie et où plusieurs destroyers, notamment américains, croisent dans les eaux de la région en vue notamment de cette opération.

L'armée égyptienne a récemment lancé une vaste opération dans la péninsule du Nord-Sinaï qui borde le canal et est devenue la base arrière de nombreux militants islamistes armés. Elle a également renforcé les mesures de sécurité dans le pays, sous état d'urgence et où un couvre-feu nocturne est imposé dans la moitié des provinces, depuis la dispersion sanglante des partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué le 3 juillet par les militaires.

Par ailleurs, l'agence officielle Mena a annoncé l'arrestation du responsable de l'assassinat de 25 policiers le 19 août dans l'attaque la plus meurtrière dans la péninsule instable depuis des années.

Adel Mohammed Ibrahim, déjà condamné en son absence à la peine capitale pour des attentats, a été arrêté avec d'autres «terroristes» à al-Arich, la capitale régionale, a précisé Mena, ajoutant qu'il avait reconnu être le responsable de cette attaque devant les forces de sécurité.

Le 19 août, des hommes armés soupçonnés d'appartenir à la mouvance radicale islamiste avaient attaqué deux minibus de la police alors qu'ils se dirigeaient vers la ville de Rafah, où se trouve le point de passage vers la bande de Gaza, faisant 25 morts.

Des groupes islamistes radicaux ont établi leur base arrière dans le Nord-Sinaï désertique et majoritairement peuplé de bédouins qui ont des relations difficiles avec le pouvoir central. La région est en outre le théâtre de multiples trafics le long de la frontière israélienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer