Égypte: les juges se mettent en grève

Un protestant anti-Morsi porte une pancarte indiquant: Va... (Photo Asmaa Waguih, Reuters)

Agrandir

Un protestant anti-Morsi porte une pancarte indiquant: Va t'en Morsi, l'Égypte est trop grande pour toi» lors d'un sit-in sur la Place Tahrir, ce samedi matin, au Caire.

Photo Asmaa Waguih, Reuters

Partager

Dossiers >

Égypte
Égypte

Notre dossier sur le soulèvement populaire qui secoue l'Égypte. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
Le Caire

La plus haute autorité judiciaire d'Égypte a dénoncé samedi les nouvelles prérogatives du président islamiste Mohamed Morsi qui mettent ses décisions à l'abri de recours devant la justice, alors que les juges d'Alexandrie ont proclamé une grève ouverte.

La «déclaration constitutionnelle» annoncée jeudi par la présidence «est une attaque sans précédent contre l'indépendance du pouvoir judiciaire et ses jugements», a déclaré dans un communiqué le Conseil suprême de la justice à l'issue d'une réunion d'urgence.

Pour sa part, le Club des juges d'Alexandrie, la deuxième ville du pays, ont annoncé une grève ouverte pour dénoncer cette déclaration par laquelle M. Morsi a renforcé considérablement ses pouvoirs.

«Le Club des juges d'Alexandrie annonce la suspension du travail dans tous les tribunaux et les bureaux du procureur dans les provinces d'Alexandrie et Beheira (...) jusqu'à la fin de la crise causée par cette déclaration», a annoncé Mohammed Ezzat al-Agwa, président du Club dans un communiqué.

La province de Beheira est proche d'Alexandrie.

Jeudi, M. Morsi, issu de la confrérie des Frères musulmans, a décidé de renforcer ses pouvoirs déjà très étendus dans une «déclaration constitutionnelle». Il disposait déjà du pouvoir exécutif mais aussi législatif, l'Assemblée ayant été dissoute avant son élection en juin.

Les nouvelles prérogatives mettent ses décisions à l'abri de recours devant un pouvoir judiciaire avec qui il entretient des relations houleuses. Il a expliqué que le renforcement de ses pouvoirs permettrait d'accéléer les réformes démocratiques.

Ces dispositions sont censées durer jusqu'à l'adoption d'une nouvelle Constitution, un processus aujourd'hui enlisé et qui pourrait prendre plusieurs mois.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer