Libye: 14 membres des autorités reconnues tués à Benghazi

Depuis juillet 2014, les combats quotidiens entre forces... (Photo Mohamed Salama, archives AP)

Agrandir

Depuis juillet 2014, les combats quotidiens entre forces rivales libyennes ont fait des centaines de morts. Sur la photo, une partie de la ville Benghazi, détruite.

Photo Mohamed Salama, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BENGHAZI

Quatorze membres des forces loyales aux autorités libyennes reconnues par la communauté internationale ont été tués samedi dans des affrontements avec des groupes rivaux à Benghazi, dans l'est du pays, selon l'agence de presse proche de ces autorités.

Deux autorités principales se disputent le pouvoir en Libye, celle reconnue par la communauté internationale installée dans l'est, et une autre basée à Tripoli, sous le contrôle d'une coalition de milices, en partie islamistes.

Les « quatre martyrs des forces armées arabes libyennes de la région de Benghazi » ont été tués au cours d'une « opération militaire baptisée "le sang du martyr" et transportés à l'hôpital de la ville proche d'al-Marj » (1000 km à l'est de Tripoli), a indiqué l'agence Lana, sans préciser quels groupes étaient visés par l'opération.

Plus tard dans la soirée, Lana a ajouté que deux hôpitaux de Benghazi avaient accueilli dix cadavres de soldats tombés au cours de cette opération.

En outre, 34 blessés ont été admis dans différents établissements, selon Lana citant des sources médicales à Benghazi et al-Marj.

Depuis un an et demi, Benghazi est le théâtre de combats sanglants entre d'une part des formations armées, dont certains sont extrémistes comme les groupes État islamique (EI) et Ansar Asharia, proche d'Al-Qaïda, et d'autres part les forces loyales au gouvernement reconnu par la communauté internationale.

La semaine dernière, un avion de combat du gouvernement reconnu a été abattu au-dessus de Benghazi alors qu'il visait des positions d'un groupe opposé aux autorités, selon des sources militaires.

Le pays est livré à des groupes politiques et armés rivaux depuis que Mouammar Kadhafi a été renversé et tué en 2011 à la suite d'une rébellion soutenue par une intervention militaire occidentale. Cette situation de profonde instabilité a favorisé l'implantation de l'EI, qui contrôle la ville portuaire de Syrte et ses environs.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer