Libye : le plus grand terminal de pétrole de nouveau opérationnel

Un superpétrolier sous pavillon panaméen d'une capacité de... (PHOTO ESAM OMRAN AL-FETORI, REUTERS)

Agrandir

Un superpétrolier sous pavillon panaméen d'une capacité de 600 000 barils est entré cet après-midi au terminal d'al-Sedra, a déclaré à l'AFP, le porte-parole de la compagnie nationale pétrolière NOC, Mohamed Hrari.

PHOTO ESAM OMRAN AL-FETORI, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les soulèvements populaires dans le monde arabe. »

Agence France-Presse
BENGHAZI

Le terminal pétrolier d'al-Sedra, le plus grand de Libye fermé depuis plus d'un an, est redevenu opérationnel mercredi avec le début du chargement d'un superpétrolier, a annoncé la compagnie nationale pétrolière NOC.

«Un superpétrolier sous pavillon panaméen d'une capacité de 600 000 barils est entré cet après-midi au terminal d'al-Sedra (600 km à l'est de Tripoli) et a commencé à être chargé. La cargaison sera livrée en Italie pour le compte de la compagnie Tamoil», a déclaré à l'AFP, le porte-parole de la NOC, Mohamed Hrari.

Un autre pétrolier attend au large pour enlever une autre cargaison destinée à être livrée en Italie pour le compte de la compagnie autrichienne OMV, a-t-il ajouté.

A-Sedra a une capacité de 350 000 barils par jour et ses dépôts renferment 6,5 millions de tonnes de brut stockées depuis l'arrêt des exportations il y a plus d'un an, selon M. Hrari.

Les terminaux de l'Est libyen étaient bloqués depuis juillet 2013 par des gardes des installations pétrolières, partisans de l'autonomie, empêchant toute exportation.

Depuis le déblocage, à la suite d'un accord avec le gouvernement, une première cargaison de 690 000 barils de brut a été exportée vers l'Italie la semaine dernière par le terminal de Ras Lanouf (700 km à l'est de Tripoli).

La reprise des exportations a suivi une augmentation progressive de la production qui dépasse actuelle, selon M. Hrari, 550 000 barils par jour contre 400 000 barils par jour récemment.

La NOC table, en cas de stabilisation du pays, actuellement plongé dans le chaos, sur une production d'un million de barils par jour avant la fin de l'année alors que la production de la Libye était de 1,5 million de barils avant la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi.

D'autre part, le ministre du Pétrole par intérim, Omar Chakmak, a annoncé mercredi avoir été démis de ses fonctions par le chef du gouvernement Abdallah al-Theni, qui n'a pas fourni de justifications à sa décision.

«J'ai accepté la décision tout en étant sûr de n'avoir commis aucune faute professionnelle ou morale», a-t-il déclaré affirmant «être prêt à servir la Libye de n'importe quelle position».

«J'ai annulé tous mes engagements à l'OPEP», l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, dont la Libye est membre, a-t-il ajouté.

Selon M. Hrari, le chef du gouvernement a chargé le patron de la NOC, Moustafa Sanallah d'assurer l'intérim du ministère du Pétrole.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer