Syrie: un pilote russe est capturé et tué par un groupe armé

Dans le nord-ouest de la Syrie, des combattants... (Photo AFP)

Agrandir

Dans le nord-ouest de la Syrie, des combattants armés ont fait tuer un pilote russe, après avoir abattu son avion de combat.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les tumultes, conflits et guerres qui ont suivi le «Printemps arabe». »

Agence France-Presse
BEYROUTH

Un pilote russe a été tué samedi dans le nord de la Syrie après avoir sauté en parachute à la suite de la destruction de son avion par des tirs d'un groupe armé, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) et l'armée russe.

Selon l'OSDH, l'avion a été abattu au-dessus de la ville de Maasran, dans la province d'Idleb (nord-ouest) où les forces prorégime soutenues par l'allié russe mènent une vaste offensive depuis fin décembre.

Cette province, la dernière qui échappe entièrement au pouvoir de Damas, est contrôlée par Hayat Tahrir al-Cham, groupe djihadiste dominé par l'ex-branche locale d'Al-Qaïda, ainsi que par plusieurs groupes rebelles.

Le pilote, qui avait réussi à sauter en parachute, avant d'être encerclé et capturé, a eu recours à son arme à feu avant d'être abattu, a indiqué le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane, qui n'était pas en mesure de préciser à quel groupe appartiennent les auteurs des tirs.

«Un avion russe Su-25 a été victime d'un écrasement au cours d'un vol au-dessus de la zone de désescalade d'Idleb. Le pilote a eu le temps d'annoncer qu'il s'était éjecté dans la zone, (qui est) sous contrôle des combattants du Front al-Nosra», a indiqué le ministère, cité par les agences de presse russes, en référence à Hayat Tahrir al-Cham.

Il a été «tué dans des combats contre les terroristes», a précisé le ministère.

«Selon les premières informations, l'avion a été abattu par un système de missile antiaérien portatif», a-t-il ajouté.

Des pourparlers à Astana, parrainés par la Turquie, alliée des rebelles syriens, et l'Iran et la Russie, allié du régime, ont abouti en 2017 à la création de «zones de désescalade» permettant d'abaisser les tensions en Syrie, où une guerre fait rage depuis 2011.

Selon M. Abdel Rahmane, dont l'organisation dispose d'un vaste réseau de sources à travers le pays, «des dizaines de frappes aériennes russes» ont eu lieu dans la province d'Idleb ces dernières 24 heures.

L'avion abattu «menait aussi des raids là-bas», selon lui.

Des groupes de l'opposition ont abattu par le passé des avions du régime, mais beaucoup plus rarement ceux de l'armée russe.

En août 2016, cinq soldats russes avaient péri après que leur hélicoptère eut été abattu par des groupes rebelles également dans la province d'Idleb.

En novembre 2015, la Turquie avait abattu un appareil militaire russe, ce qui avait provoqué une crise diplomatique entre Moscou et Ankara.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer