Washington «craint» que du gaz sarin ait été utilisé en Syrie

Une jeune fille applique un masque à oxygène... (PHOTO HASAN MOHAMED, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Une jeune fille applique un masque à oxygène sur le visage d'un enfant dans un hôpital de fortune de Douma, le 22 janvier.

PHOTO HASAN MOHAMED, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les tumultes, conflits et guerres qui ont suivi le «Printemps arabe». »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Les États-Unis « craignent » que du gaz sarin ait été utilisé récemment en Syrie, a déclaré vendredi à la presse le ministre américain de la Défense Jim Mattis.

Du chlore « a été » utilisé « à de nombreuses reprises » dans des attaques en Syrie, a indiqué M. Mattis qui était interrogé par des journalistes au Pentagone sur les accusations exprimées la veille par des responsables du département d'État.

« Mais ce qui nous inquiète le plus, c'est la possibilité que du gaz sarin ait été utilisé » récemment, a-t-il ajouté, précisant que les États-Unis n'avaient pour le moment pas de preuves pour étayer cette hypothèse.

Des ONG et des groupes rebelles « disent que du gaz sarin a été utilisé. Nous cherchons donc des preuves », a poursuivi M. Mattis. « Je n'ai pas de preuve », a-t-il cependant reconnu.

Le régime syrien « aurait tort de violer à nouveau la convention sur les armes chimiques », a prévenu le ministre de la Défense.

Un haut responsable américain a affirmé jeudi que le régime de Bachar al-Assad et le groupe État islamique (EI) « continuent d'utiliser des armes chimiques ». Un autre responsable a déclaré que le président américain Donald Trump « n'exclut aucune » option et que « l'usage de la force militaire est toujours étudiée ».

Ces déclarations font suite à des informations sur de nouvelles attaques au chlore et au sarin, y compris des informations, non confirmées pour l'instant, sur une attaque chimique jeudi sur Douma, une enclave rebelle assiégée à l'est de Damas.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer