Syrie: l'opposition annonce la tenue de nouveaux pourparlers de paix à Vienne

Les pourparlers n'ont été confirmés ni par l'ONU... (PHOTO Delil souleiman, AFP)

Agrandir

Les pourparlers n'ont été confirmés ni par l'ONU ni par le régime. L'opposition avait auparavant annoncé un nouveau round de discussions qui devait débuter à partir du 21 janvier, mais à Genève.

PHOTO Delil souleiman, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

La principale instance de l'opposition syrienne a annoncé mardi la tenue de nouvelles négociations de paix sous l'égide de l'ONU à Vienne, sans toutefois fournir de dates.

Les discussions parrainées par l'ONU ont d'ordinaire lieu à Genève et le 8e round de discussions sur le conflit syrien, qui s'est tenu début décembre, s'est achevé encore une fois sans réelles avancées, avec comme pierre d'achoppement le sort du président Bachar al-Assad.

Un nouveau cycle est toutefois prévu et l'opposition va y participer, a annoncé mardi dans un communiqué le bureau de presse du Comité des négociations syriennes (CNS), qui représente le spectre le plus large des groupes de la dissidence.

«Ce sont des pourparlers de l'ONU, mais ils auront lieu à Vienne», précise le texte, qui ne donne pas les dates de cette nouvelle rencontre.

Les pourparlers n'ont été confirmés ni par l'ONU ni par le régime. L'opposition avait auparavant annoncé un nouveau round de discussions qui devait débuter à partir du 21 janvier, mais à Genève.

L'annonce intervient alors que la Russie, allié indéfectible de Bachar al-Assad, va organiser des négociations les 29 et 30 janvier à Sotchi, pour tenter de trouver une issue au conflit syrien.

Le CNS ne s'est pas encore prononcé sur sa participation ou non à ce «congrès de dialogue national» organisé par Moscou, mais plusieurs groupes rebelles ont rejeté cette initiative en décembre.

Déclenché en mars 2011 par la répression gouvernementale de manifestations pacifiques, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Il a fait plus de 340 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer