Le régime Assad tenu pour responsable d'une attaque au gaz sarin

Plusieurs puissances occidentales, l'opposition syrienne et les pays... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

Plusieurs puissances occidentales, l'opposition syrienne et les pays arabes voisins accusent Bachar al-Assad d'être responsable des 333 000 morts du conflit.

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Carole LANDRY, Leo MOUREN
Agence France-Presse
New York et Washington

L'avenir de la Syrie s'écrira sans Bachar al-Assad ont tonné les États-Unis jeudi, peu avant qu'un rapport de l'ONU accuse clairement le régime de Damas d'être responsable d'une attaque au gaz sarin, éclipsant l'annonce dans la journée d'un nouveau cycle de pourparlers.

«Nous ne pensons pas qu'il y ait un avenir pour le régime Assad et la famille Assad». Le message de Rex Tillerson, le secrétaire d'État américain, avait rarement été aussi clair.

«Je pense l'avoir dit à plusieurs occasions. Le règne de la famille Assad arrive à sa fin, la seule question qui reste est de savoir comment cela sera provoqué», a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie américaine s'est exprimé quelques heures avant les révélations tant attendues d'un rapport des experts de l'ONU et de l'OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques), sur l'attaque au gaz sarin du 4 avril à Khan Cheikhoun, dans le nord de la Syrie, qui a tué plus de 80 personnes, dont beaucoup de femmes et d'enfants.

Ces experts ont conclu, comme l'affirmaient notamment Washington, Londres et Paris, que le régime de Damas est bien responsable de l'attaque: les éléments rassemblés vont dans le sens du «scenario le plus probable» selon lequel «le gaz sarin a été le résultat d'une bombe larguée par un avion», affirme le rapport, «certain que le responsable de cette attaque sur Khan Cheikhoun est le régime syrien».

«Le Conseil de sécurité doit envoyer un message clair: aucun usage d'arme chimique ne sera toléré et il faut apporter un soutien total aux enquêteurs indépendants», a réagi de son côté l'ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, Nikki Haley.

«Tout pays qui se refuse à le faire  vaut pas mieux que les dictateurs et les terroristes qui utilisent ces armes terribles», a-t-elle ajouté.

Le rapport a délivré une «conclusion claire», a abondé le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, qui a exhorté «la communauté internationale à s'unir pour tenir le régime de Bachar al-Assad responsable» de cette attaque.

«J'appelle la Syrie à cesser de couvrir son abject allié et tenir son propre engagement qui est de s'assurer que les armes chimiques ne soient plus jamais utilisées», a-t-il réclamé.

Les images des habitants agonisants de Khan Cheikhoun, dont de nombreux enfants, avaient frappé la communauté internationale et choqué la planète. Le président américain Donald Trump avait notamment qualifié de «boucher» son homologue syrien.

Huitième round de discussions

«Des jeunes enfants qui meurent. Des bébés qui meurent. Des pères qui tiennent leurs enfants morts dans leurs bras. Des enfants morts. Il n'y a pas pire à voir et ça ne devrait pas être permis. C'est un boucher», avait-il déclaré.

Mais les propos de son secrétaire d'État jeudi, dont la fermeté tranchait avec les précédentes prises de position de Washington, ont fait grincer des dents dans le rang des alliés de Bachar al-Assad.

«Nous ne devrions pas anticiper l'avenir, le futur seul sait ce qui attend chacun», a ainsi répondu l'ambassadeur russe aux Nations unies, Vasily Nebenzia.

L'émissaire des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, avait indiqué plus tôt dans la journée qu'un nouveau cycle de pourparlers sur la Syrie se tiendrait à partir du 28 novembre à Genève, sous l'égide de l'ONU.

«Nous devons engager les parties (au conflit) dans de vraies négociations», a déclaré le diplomate suédo-italien, qui a vu son annonce de recherche de solution pacifique occultée par les déclarations de Rex Tillerson, avec qui il s'était pourtant entretenu dans la journée.

Staffan de Mistura a déjà organisé sept sessions de discussions entre le régime syrien et l'opposition. Jamais il n'a réussi à surmonter le principal obstacle, qui concerne le sort du président Bachar al-Assad.

Le fils de l'ancien président Hafez al-Assad, soutenu par les forces armées iraniennes et russes, n'a pas abandonné les rênes du pays, plongé depuis 2011 dans une guerre civile sanglante. Il n'a cessé de répéter qu'il ne démissionnerait pas sous la pression des rebelles, qu'il qualifie de «terroristes».

Mais plusieurs puissances occidentales, l'opposition syrienne et les pays arabes voisins accusent Bachar al-Assad d'être responsable des 333 000 morts du conflit.

Sous Barack Obama, les États-Unis avaient assuré à de nombreuses reprises que ses jours à la tête de la Syrie étaient comptés, mais l'ancien président démocrate avait refusé de recourir à des frappes militaires après l'usage d'armes chimiques par Damas.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer