Syrie: combats près de Tabqa après des contre-offensives de l'EI

«Les batailles font rage sur tous les fronts... (AFP)

Agrandir

«Les batailles font rage sur tous les fronts autour de Raqa, accompagnées de raids incessants de la coalition» internationale menée par Washington, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
Beyrouth

De violents combats se déroulaient mardi autour de Tabqa et de son aéroport, dans le nord de la Syrie, où le groupe État islamique (EI) mène des contre-attaques pour bloquer l'avancée de combattants kurdes et arabes épaulés par les États-Unis.

Les jihadistes tentent de stopper les Forces démocratiques syriennes (FDS), qui cherchent à encercler totalement Raqa, la capitale de facto de l'EI en Syrie depuis 2014, et des accrochages ont lieu sur tous les fronts, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«Les batailles font rage sur tous les fronts autour de Raqa, accompagnées de raids incessants de la coalition» internationale menée par Washington, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

«La majorité des accrochages sont dus aux contre-offensives de l'EI. Si les jihadistes n'ont pas avancé, leur objectif est d'éreinter leurs adversaires notamment autour de l'aéroport de Tabqa», à 55 km à l'ouest de Raqa, a-t-il dit.

Il a ajouté que 900 combattants de l'EI venant de Raqa avaient été dépêchés sur tous les fronts autour de cette ville.

Les combattants kurdes et arabes se sont emparés dimanche de l'aéroport militaire de Tabqa mais ne sont pas parvenus jusqu'à la ville éponyme, à 3 km plus au nord, qui reste toujours aux mains de l'EI.

«Le front de Tabqa reste le plus important et les affrontements se déroulent autour de la ville et autour de l'aéroport», a précisé l'OSDH.

En revanche, la situation était relativement calme mardi du côté du barrage de Tabqa, le plus grand de Syrie, sur l'Euphrate.

Un journaliste de l'AFP a pu voir lundi les FDS postées à l'accès nord de cet immense complexe mais le barrage lui-même est toujours contrôlé par l'EI.

Selon un responsable technique sur place, le barrage ne fonctionne plus depuis dimanche, après que des bombardements ont mis hors service la centrale qui l'alimente en électricité, et cela risque maintenant d'entraîner une dangereuse montée des eaux.

Les FDS avaient d'ailleurs annoncé lundi avoir arrêté l'assaut pendant quatre heures afin de permettre à des ouvriers d'aller effectuer des réparations dans la centrale électrique.

La coalition internationale a souligné «prendre toutes les précautions pour assurer l'intégrité du barrage de Tabqa» dans le cadre de ses opérations de bombardements aériens. «À notre connaissance le barrage n'a pas été structurellement endommagé», a-t-elle indiqué.

Les FDS ont lancé en novembre une offensive baptisée «Colère de l'Euphrate» pour reprendre la ville de Raqa.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer