Syrie: le Conseil de sécurité votera mardi sur des sanctions

Le projet de résolution fait suite à une... (PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Le projet de résolution fait suite à une enquête conjointe menée par les Nations unies et l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui a conclu en octobre dernier que le régime syrien avait mené au moins trois attaques avec des armes chimiques en 2014 et 2015 contre les villes de Tell Mannas, Qmenas et Sarmin.

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les tumultes, conflits et guerres qui ont suivi le «Printemps arabe». »

Agence France-Presse
NATIONS UNIES

Le Conseil de sécurité des Nations unies votera mardi sur un projet de résolution qui imposerait des sanctions à la Syrie, accusée d'avoir utilisé des armes chimiques, selon des diplomates lundi.

La Russie, allié clé du régime syrien de Bachar al-Assad, a prévenu la semaine passée qu'elle mettrait son veto à une telle mesure. Moscou a déjà mis son veto à six reprises pour protéger son allié syrien.

Le vote est prévu à 11 h 30.

Le projet de résolution, proposé par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, imposerait une interdiction de voyager et gèlerait les avoirs de 11 Syriens, principalement des responsables militaires, et 10 organismes.

Le texte interdirait aussi la vente, la fourniture ou le transfert à l'armée et au gouvernement syrien d'hélicoptères et d'autres matériels.

Ce projet de résolution fait suite à une enquête conjointe menée par les Nations unies et l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui a conclu en octobre dernier que le régime syrien avait mené au moins trois attaques avec des armes chimiques en 2014 et 2015 contre les villes de Tell Mannas, Qmenas et Sarmin.

Les enquêteurs avaient déterminé que les djihadistes du groupe État islamique avaient eux aussi utilisé de l'agent moutarde en 2015.

L'ambassadeur adjoint russe auprès des Nations unies, Vladimir Safronkov, avait dénoncé vendredi une mesure « à sens unique », basée sur des preuves « insuffisantes ».

La Syrie nie avoir utilisé des armes chimiques dans ce conflit qui a fait plus de 300 000 morts depuis 2011.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer