Syrie: 11 morts dans des raids du régime, l'armée avance à Alep

Parmi les victimes figurent trois enfants, mais les... (Photo Omar haj kadour, Agence France-Presse)

Agrandir

Parmi les victimes figurent trois enfants, mais les opérations se poursuivent lundi pour tenter de retrouver des survivants.

Photo Omar haj kadour, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
Beyrouth

L'armée syrienne a mené un raid meurtrier contre la ville rebelle d'Ariha, dans le nord-ouest, et avançait dans la province d'Alep et dans la région de Palmyre face aux jihadistes du groupe Etat Islamique, selon une ONG.

Onze personnes, dont sept civils, ont été tuées par l'aviation du régime dans la nuit de dimanche à lundi sur Ariha, une localité tenue en majorité par les djihadistes de Fateh al-Cham, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les raids ont visé deux immeubles de quatre étages qui se sont entièrement effondrés. Parmi les victimes figurent trois enfants, mais les opérations se poursuivent lundi pour tenter de retrouver des survivants, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Un secouriste de la Défense civile Leith Fares a affirmé à l'AFP: «Nous travaillons depuis 3h00 (20h00 dimanche, HE) pour retrouver les victimes sous les décombres de ces bâtiments effondrés sur leurs habitants».

«Nous avions réussi à retirer 20 blessés et on recherche encore deux familles composées au total de 7 personnes», a-t-il ajouté.

Selon l'OSDH, dix civils avaient été tués samedi dans des raids sur Ariha, qui est tenu surtout par le Front Fateh al-Cham.

Par ailleurs, l'armée syrienne s'est emparée en quinze jours de 18 villages, dont Tadef, au sud d'Al-Bab, ancien fief du groupe État islamique (EI) conquis par l'armée turque alliée à des rebelles syriens, a indiqué lundi à l'AFP une source de sécurité à Damas.

Selon cette source, l'armée a pris le contrôle de 600 km2 dans cette région de la province septentrionale d'Alep.

Le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane a confirmé cette avancée, précisant que l'EI s'était retiré lundi préventivement de 23 nouvelles localités dans cette région avant que l'armée ne les prenne.

Selon lui, l'armée syrienne avait trois objectifs. «Il s'agit d'empêcher les forces turques alliées aux rebelles d'avancer vers le sud, de faire la jonction avec les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance kurdo-arabe qui lutte contre l'EI avec l'aide d'une coalition internationale conduite par les États-Unis et de prendre la localité d'al-Khafsa, où se trouve une station de pompage d'eau alimentant la ville d'Alep et qui est mise hors service par l'EI depuis un mois et demi.

Selon l'OSDH, l'armée syrienne a  fait la jonction avec les FDS au sud de Minbej dans la province d'Alep.

Par ailleurs, l'armée s'est rapprochée de la ville antique de Palmyre et tente «d'y prendre en tenailles les jihadistes» qui avaient pu recontrôler la cité en décembre, selon une source de sécurité à Damas.

«Les forces du régime ont avancé rapidement ces derniers jours aux environs de Palmyre par le sud-ouest et le nord-ouest et se sont emparées de hauteurs dominant la ville», a dit pour sa part l'OSDH.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer