Syrie: Moscou a demandé à Damas de stopper les raids aériens

Staffan de Mistura... (Photo Fabrice Coffrini, Agence France-Presse)

Agrandir

Staffan de Mistura

Photo Fabrice Coffrini, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
Genève

L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie a déclaré mercredi «ne pas attendre de percée immédiate» lors des pourparlers de paix de Genève, mais a espéré que les parties puissent profiter de cet «élan positif» pour trouver un accord.

Lors d'une conférence de presse à la veille de la reprise des discussions, Staffan de Mistura a par ailleurs annoncé que la Russie avait demandé au gouvernement syrien de stopper les raids aériens pendant la durée des pourparlers.

«Est-ce que j'attends une percée immédiate? Non, je n'attends pas de percée immédiate (...), mais le début d'une série de rounds», a déclaré M. De Mistura.

La délégation du gouvernement de Damas et celle du Haut comité des négociations (HCN), qui rassemble des groupes clés de l'opposition, sont déjà arrivées à Genève. Mais le médiateur a indiqué que d'autres délégations étaient attendues, sans autres précisions.

Interrogé sur le format de ce quatrième «round» de négociations, après les trois organisés l'an dernier, il s'est refusé à dire si les délégations avaient accepté cette fois de se parler directement autour d'une table.

«Je veux d'abord en parler avec les délégations demain matin lors de rencontres bilatérales», a-t-il dit.

Avant la conférence de presse, M. De Mistura avait participé à la réunion hebdomadaire du Groupe de travail sur le cessez-le-feu au siège des Nations unies à Genève.

Il a révélé que le représentant de la Russie avait à cette occasion «annoncé à tout le monde qu'elle (la Russie) avait formellement demandé au gouvernement syrien de laisser le ciel (syrien) silencieux pendant les discussions».

La Russie, la Turquie et l'Iran avaient réussi fin décembre à imposer une trêve qui, malgré des violations répétées, a permis de réduire l'intensité des combats en Syrie.

Toutefois, depuis quelques jours, les forces gouvernementales bombardent les positions rebelles près de Damas et dans la province de Homs (centre).

L'opposition dénonce un «message sanglant» destiné à saboter les négociations de Genève.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer