La famine, «arme de guerre» du régime syrien, selon Washington

Un jeune garçon prépare des mana'ichs dans un... (Photo KARAM AL-MASRI, AFP)

Agrandir

Un jeune garçon prépare des mana'ichs dans un quartier d'Alep tenu par les rebelles, vendredi.

Photo KARAM AL-MASRI, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
Washington

Les États-Unis ont accusé vendredi le régime syrien d'utiliser «la famine comme une arme de guerre», ce qui est considéré comme un crime de guerre selon les conventions de Genève.

Récusant les affirmations du Kremlin selon lesquelles les bombardements sur Alep ont cessé, un haut responsable américain a affirmé à l'AFP que «le régime (syrien) avait rejeté les demandes de l'ONU de faire parvenir de l'aide humanitaire dans l'est d'Alep, utilisant la famine comme une arme de guerre».

Les termes utilisés sont une référence directe à l'interdiction, posée par les conventions internationales de Genève sur le droit de la guerre, d'affamer les civils «comme une méthode de guerre».

Un quart des habitants de cette ville du nord-ouest de la Syrie, qui en compte 1 million au total, sont assiégés et bombardés sans cesse depuis des mois par le régime syrien soutenu par la Russie.

Washington étudie la possibilité d'imposer des sanctions supplémentaires au régime de Bachar al-Assad et de saisir la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.

Les responsables espèrent que la marginalisation de la Russie sur la scène internationale conduira le président russe Vladimir Poutine à se retirer du conflit.

La candidature de la Russie au Conseil des droits de l'homme de l'ONU a été rejetée vendredi par l'Assemblée générale des Nations unies.

«Nous prenons des mesures, y compris en faisant pression sur l'opinion», a indiqué à l'AFP un autre haut responsable du gouvernement Obama. «Nous regardons tout l'arsenal d'outils qui pourraient leur faire sentir le poids des critiques au niveau international».

«Mais nous avons quelques indications sur le fait qu'ils ne veulent pas être considérés, les Russes en particulier, comme coupables de crimes de guerre», a-t-il ajouté.

Le président russe n'a pas jugé vendredi «opportun actuellement de reprendre les frappes aériennes à Alep», comme l'a demandé l'état-major russe, qui veut reprendre ces raids face à l'offensive des rebelles lancée vendredi et après une pause de dix jours.

Mais, «malgré les affirmations de la Russie, les attaques par le régime et ses partisans continuent sur Alep», a affirmé ce responsable. «Nous continuons à regarder les actions de la Russie, pas ses paroles», a-t-il ajouté.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer