Syrie: avancée du régime à Alep, MSF dénonce «un bain de sang»

Des gens cherchent des survivants dans les décombres... (PHOTO ABDALRHMAN ISMAIL, REUTERS)

Agrandir

Des gens cherchent des survivants dans les décombres d'immeubles touchés par des frappes aériennes du régime syrien, le 26 septembre à Alep.

PHOTO ABDALRHMAN ISMAIL, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Layal ABOU RAHAL
Agence France-Presse
BEYROUTH

Le régime de Damas progressait vendredi face aux rebelles dans la métropole d'Alep, bénéficiant notamment des frappes de son allié russe qui en un an de campagne militaire en Syrie ont tué plus de 3800 civils.

L'organisation Médecins sans frontières (MSF) a appelé vendredi Damas et Moscou à mettre un terme « au bain de sang » à Alep, deuxième ville de Syrie et principal front du conflit.

L'avancée de l'armée syrienne survient au moment où les États-Unis et la Russie - parrains respectifs de l'opposition et du régime - sont au bord de la rupture sur le conflit qui ravage le pays depuis cinq ans.

Washington menace d'arrêter sa coopération diplomatique et Moscou reste inébranlable dans sa décision de poursuivre la guerre malgré la situation à Alep qui, selon l'ONU, fait face à « la plus grave catastrophe humanitaire jamais vue en Syrie ».

Plus d'une semaine après avoir annoncé une large offensive pour reconquérir la partie rebelle, l'armée syrienne progressait vendredi dans le nord et le centre de la métropole, grignotant le territoire rebelle, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) et les médias officiels.

Alep est divisée depuis 2012 en secteur gouvernemental dans l'ouest et quartiers rebelles dans l'est.

Dans le nord, « après avoir repris jeudi aux rebelles l'ancien camp de réfugiés palestinien de Handarat, les forces du régime ont capturé vendredi matin l'ancien hôpital Kindi », a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

Stratégie de grignotage

La prise de cette position permettrait au régime de menacer Hellok et Haydariyé, deux quartiers rebelles du nord-est, d'après lui.

« Grâce à cette stratégie de grignotage, le régime veut atteindre le coeur des quartiers rebelles », dit M. Abdel Rahmane.

Dans le centre, des combats faisaient rage à Souleimane al-Halabi, situé sur la ligne de démarcation, l'armée tentant de capturer la partie rebelle de ce quartier divisé et d'avancer vers la station de pompage d'eau qui alimente notamment la partie gouvernementale de la ville.

D'après l'agence officielle Sana, huit civils ont été tués et 35 autres ont été blessés vendredi par des roquettes tirées par les rebelles sur la partie gouvernementale de Souleimane al-Halabi et Midane, un quartier adjacent.

Dans leur opération terrestre, les troupes du régime sont soutenues par des frappes russes, d'après M. Abdel Rahmane.

Le correspondant de l'AFP a constaté que les frappes aériennes étaient concentrées désormais sur les zones de combats et non plus sur tous les quartiers résidentiels comme cela était le cas durant la dernière semaine.

Depuis le début de l'offensive de l'armée le 22 septembre, des raids d'une violence indescriptible selon le journaliste de l'AFP et des ONG ont réduit en poussière des immeubles, et provoqué une situation humanitaire catastrophique, avec des hôpitaux submergés de blessés dans les quartiers rebelles, assiégés depuis pratiquement deux mois.

Le président américain Barack Obama et la chancelière allemande Angela Merkel ont condamné avec force « les raids aériens barbares des Russes et du régime syrien sur l'est d'Alep, une zone où habitent des centaines de milliers de civils ».

La campagne aérienne russe a été lancée il y un an jour pour jour pour appuyer le régime alors en difficulté. Depuis, elle a fait 9364 morts selon un décompte de l'OSDH, dont 3804 civils.

Les frappes russes ont aussi tué 2746 combattants du groupe djihadiste État islamique (EI) et 2814 membres de différents groupes rebelles et islamistes, et blessé au moins 20 000 civils, a précisé M. Abdel Rahmane.

Malgré des récents appels internationaux à cesser ses raids, notamment sur Alep, la Russie a poursuivi ses frappes depuis la fin, le 19 septembre, d'un court cessez-le-feu négocié avec les Américains.

Enfants sans abris

L'aviation russe va continuer « son opération en soutien à la lutte antiterroriste des forces armées syriennes », a déclaré jeudi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

« Tout l'est d'Alep est devenu une cible géante », a dénoncé le directeur des opérations de MSF, Xisco Villalonga, dans un communiqué qui appelle Damas et ses alliés « à mettre un terme aux bombardements qui provoquent un bain de sang parmi les civils ».

« Tous les services de soins intensifs sont pleins. Les patients doivent attendre que d'autres meurent pour espérer y obtenir un lit », déplore Dr Abou Wassim qui dirige l'hôpital de prise en charge des traumatismes, une structure soutenue par MSF dans l'est d'Alep.

Les enfants d'Alep n'ont nulle part où se réfugier, pas même dans les écoles souterraines censées les protéger des bombardements en raison de l'utilisation de « bombes antibunker », a dénoncé pour sa part l'ONG Save the Children.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer