Syrie: les consultations prévues vendredi soir à l'ONU annulées

Une scène de désolation à Alep, en Syrie.... (PHOTO GEORGE OUFALIAN, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Une scène de désolation à Alep, en Syrie.

PHOTO GEORGE OUFALIAN, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse

Les consultations qui devaient se dérouler vendredi soir au Conseil de sécurité de l'ONU sur la Syrie ont été annulées en dernière minute à la demande de Moscou et de Washington, ont indiqué des diplomates.

Les ambassadeurs des 15 pays membres du Conseil devaient se réunir à huis clos pour examiner l'opportunité de soutenir l'accord américano-russe sur la Syrie.

«A la demande des Etats-Unis et de la Russie, la présidence du Conseil a annulé les consultations», a indiqué la mission de la Nouvelle-Zélande qui préside le Conseil en septembre.

Les ambassadeurs américain et russe devaient présenter à leurs partenaires les détails de l'accord, qui n'ont pas encore été rendus publics.

L'accord prévoit une trêve, instaurée lundi mais chahutée depuis, qui devait permettre de livrer nourriture et médicaments aux localités syriennes assiégées, à commencer par les quartiers rebelles de la cité septentrionale d'Alep, principal front du conflit.

Si cette trêve tient assez longtemps, Moscou et Washington doivent aussi amorcer une coopération militaire, en particulier se coordonner pour cibler les groupes djihadistes.

L'accord, conclu le 9 septembre, vise à favoriser une solution au conflit qui a fait plus de 300.000 morts en plus de cinq ans.

Mais la trêve a connu vendredi ses plus sérieux accrocs, les livraisons d'aide humanitaire n'ont pas encore pu commencer et les relations se sont tendues entre Américains et Russes.

Faute de garanties de sécurité, des camions remplis de nourriture et de médicaments pour les habitants d'Alep-Est sont toujours bloqués dans une zone tampon entre les frontières turque et syrienne.

La Russie fait pression pour que l'ONU apporte son soutien à cet accord en adoptant une résolution lors d'une réunion ministérielle du Conseil prévue mercredi, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU.

Mais d'autres membres du Conseil, dont la France, veulent au préalable en connaître davantage de détails.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer