Des affrontements entre groupes rebelles font 50 morts près de Damas

Un combattant du groupe islamiste Faylaq al-Rahmane participe... (PHOTO ABDULMONAM EASSA, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Un combattant du groupe islamiste Faylaq al-Rahmane participe aux combats contre les forces du régime dans la Ghouta orientale, plus important fief de la rébellion dans la province de Damas, le 15 mai.

PHOTO ABDULMONAM EASSA, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les tumultes, conflits et guerres qui ont suivi le «Printemps arabe». »

Agence France-Presse
BEYROUTH, Liban

Au moins 50 combattants et deux civils ont été tués mardi dans des affrontements entre groupes rebelles à l'est de Damas, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Les combats font rage depuis environ trois semaines dans la Ghouta orientale, plus important fief de la rébellion dans la province de Damas, entre le puissant groupe d'inspiration salafiste Jaïch al-Islam et des factions rivales menées par la branche locale d'Al-Qaïda.

Ces combats ont tué plus de 500 combattants et une dizaine de civils en trois semaines, selon le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane.

Parmi les civils tués figure le seul gynécologue travaillant encore dans la Ghouta orientale.

«Il s'agit là d'une véritable lutte de pouvoir», a souligné M. Abdel Rahmane à l'AFP.

Jaïch al-Islam est le principal groupe rebelle dans la Ghouta orientale et un de ses chefs politiques, Mohammed Allouche, a été désigné comme le négociateur en chef pour les pourparlers de paix avec le régime à Genève, dont le dernier round en avril n'a donné lieu à aucune avancée.

Mais cette formation fait désormais face sur le terrain à une alliance regroupant les factions islamistes Faylaq al-Rahmane, Jaïch al-Foustate et le Front al-Nosra, branche d'Al-Qaïda en Syrie.

Des habitants et responsables locaux ont tenté des médiations pour mettre fin aux violences et manifesté en vain pour obtenir la fin de ces combats.

Mardi, un porte-parole de Jaïch al-Islam a affirmé que sa formation était prête à mettre fin aux combats, répondant à une initiative du coordinateur de l'opposition syrienne Riad Hijab.

«Mais nos frères de Faylaq al-Rahmane ont complètement rejeté cette initiative», a souligné Islam Allouche dans un communiqué distribué aux journalistes.

L'insurrection armée contre le régime syrien est profondément divisée entre de nombreux groupes djihadistes, islamistes et rebelles modérés.

Depuis le début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en mars 2011, la guerre a fait plus de 270 000 morts et jeté sur les routes des millions de personnes.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer