Syrie: Poutine et Obama veulent renforcer le cessez-le-feu

De violents combats ont eu lieu autour d'Alep,... (PHOTO ABDALRHMAN ISMAIL, REUTERS)

Agrandir

De violents combats ont eu lieu autour d'Alep, la semaine dernière.

PHOTO ABDALRHMAN ISMAIL, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les soulèvements populaires dans le monde arabe. »

Agence France-Presse
MOSCOU

Les président russe Vladimir Poutine et américain Barack Obama se sont mis d'accord lundi, lors d'une conversation téléphonique, pour renforcer le cessez-le-feu en Syrie, a annoncé le Kremlin.

« Les dirigeants ont discuté en détail de la situation en Syrie, confirmant notamment leur intention de faciliter le renforcement du cessez-le-feu, fruit d'une initiative russo-américaine, dans ce pays, ainsi que l'accès de l'aide humanitaire », précise le Kremlin dans un communiqué.

Le président Poutine a également appelé les rebelles « modérés » à se démarquer du groupe État islamique et des djihadistes du Front Al-Nosra et à la fermeture de la frontière entre la Syrie et la Turquie d'où selon lui se poursuit « la fourniture d'armes pour les extrémistes », selon le communiqué.

Les présidents Poutine et Obama ont souligné l'importance des pourparlers de paix de Genève en cours à et sont convenus que les services de sécurité russes et américains renforceraient leur coopération sur la Syrie.

« À cette fin, seront élaborées des mesures supplémentaires pour réagir rapidement aux violations du cessez-le-feu existantes », a ajouté le Kremlin.

Un cessez-le-feu entre les forces du régime de Damas et les groupes de rebelles modérés, négocié par les États-Unis et la Russie, est entré en vigueur le 27 février, contribuant à diminuer l'intensité des combats dans l'ensemble de la Syrie, et soulevant des espoirs quant à la conclusion d'un accord à Genève pour mettre fin au conflit. Les organisations djihadistes comme l'État islamique et le groupe Al-Nosra ne sont pas parties prenantes à cette trêve.

Mais les violents combats autour d'Alep la semaine dernière ont obligé des dizaines de milliers d'habitants à fuir la région, conduisant l'opposition à mettre en doute la disposition du président Bachar Al-Assad à accepter une solution politique pour mettre fin au conflit.

M. Obama a également remercié son homologue russe pour l'aide de la Russie dans la libération de l'Américain Kevin Dawes, qui était détenu en Syrie, a indiqué le Kremlin.

Cet homme de 33 ans, présenté par le FBI comme un photographe indépendant, avait été enlevé en 2012 après avoir franchi la frontière turque.

Moscou a affirmé que le régime de Damas l'avait arrêté pour être « entré illégalement en Syrie ».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer