Syrie: 35 combattants tués dans la province d'Alep

Au moins 19 membres du Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, et de... (Photo Rami Zayat, archives REUTERS)

Agrandir

Photo Rami Zayat, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

Au moins 19 membres du Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, et de groupes rebelles alliés ainsi que 16 combattants prorégime ont été tués en 24 heures dans des combats autour d'Alep (nord), a indiqué dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le régime a par ailleurs largué des barils d'explosifs sur un quartier du nord-est de la ville d'Alep, faisant plusieurs blessés, dont des enfants, selon l'OSDH.

«De violents combats ont éclaté après minuit (dimanche) sur plusieurs fronts dans le sud de la province d'Alep», a indiqué l'ONG qui dispose d'un large réseau d'informateurs à travers la Syrie.

Des combattants du mouvement chiite libanais Hezbollah se battent aux côtés des troupes du régime syrien et d'autres milices loyalistes contre les djihadistes et groupes rebelles alliés, a précisé l'OSDH.

«Des bombardements et des combats ont tué 19 membres d'Al-Nosra au cours des dernières 24 heures (...) Seize combattants prorégime ont également été tués», a déclaré l'OSDH, ajoutant que l'un des djihadistes s'était fait exploser.

Une trêve entre le régime de Bachar al-Assad et les rebelles a permis aux troupes loyalistes de se concentrer sur la lutte contre les djihadistes, exclus de cet accord initié par Washington et Moscou.

Ce cessez-le-feu est globalement respecté depuis son entrée en vigueur le 27 février dans l'ensemble de la Syrie, mais les combats continuent dans les zones où le Front Al-Nosra est actif.

Autour d'Alep notamment, «le cessez-le-feu s'est quasiment effondré sur les principales lignes de front», a estimé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Le groupe salafiste armé «Ahrar al-Sham mène avec ses alliés une offensive pour reprendre les zones autour d'Alep dont le régime s'est emparé avant l'entrée en vigueur de la trêve», a-t-il déclaré à l'AFP.

Dimanche, le régime a largué des barils d'explosifs sur le quartier de Haydariyé à Alep, a affirmé l'OSDH, déplorant «une nouvelle violation du cessez-le-feu» et assurant qu'aucun djihadiste d'Al-Nosra ou du groupe Etat islamique (EI) ne s'y trouvait.

Des images tournées par un vidéaste de l'AFP montrent des secouristes transporter au moins cinq blessés ensanglantés, dont trois enfants, vers des ambulances.

Selon un secouriste, un homme, sa femme et leurs cinq enfants ont été blessés lorsque des barils d'explosifs ont touché leur maison.

«Il n'y a que des civils ici, des enfants, des femmes et des personnes âgées. Nous sommes pas armés, nous ne sommes pas Daech (acronyme en arabe de l'EI)», criait un homme dans la rue.

Par ailleurs, les rebelles ont bombardé à plusieurs reprises le quartier kurde de Cheikh Maksoud à Alep, tuant des dizaines de civils depuis le début de la trêve.

Le conflit syrien a fait plus de 270 000 morts et plusieurs millions de déplacés depuis 2011.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer