Reprise de Palmyre: l'inventaire montrera l'ampleur de ce qui est perdu à jamais

Une vue générale de la cité antique de... (Photo Maher AL MOUNES, AFP)

Agrandir

Une vue générale de la cité antique de Palmyre, après que le gouvernement a reconquis le site classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

Photo Maher AL MOUNES, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Marie-Pierre FEREY
Agence France-Presse
Paris

« On ne peut que se réjouir du départ de Daech » de Palmyre, estime l'historien spécialiste du monde antique Maurice Sartre après la reprise de la ville par l'armée syrienne, mais il craint que l'inventaire du site révèle des destructions irréversibles et surtout l'ampleur des pillages.

Les restes de l'Arc de Triomphe de la... (Photo Maher AL MOUNES, AFP) - image 1.0

Agrandir

Les restes de l'Arc de Triomphe de la cité antique de Palmyre, détruit par le Groupe État islamique, photographié après la reprise du site par les forces loyales à Assad.

Photo Maher AL MOUNES, AFP

L'intérieur du musée historique de Palmyre, pillé par... (Photo via Reuters) - image 1.1

Agrandir

L'intérieur du musée historique de Palmyre, pillé par les djihadistes du groupe État islamique, photographié dimanche, après la reprise de la ville par les forces d'Assad. 

Photo via Reuters

>>> À lire également: Le régime syrien reprend Palmyre à l'EI

Quelle est votre réaction à l'annonce de la reprise de Palmyre par l'armée syrienne?

On ne peut que se réjouir du départ de Daech (groupe État Islamique), puisqu'on avait affaire à un groupe d'une extrême violence qui programmait la destruction systématique des vestiges antiques. C'est un bienfait pour le site et les populations. Il n'y a pas d'ambiguïté là-dessus, même si on sait que la ville tombe aux mains d'un autre dictateur, Bachar al-Assad.

Quel est le plus urgent?

D'abord on a besoin d'avoir un bilan précis des destructions qui ont eu lieu. Le directeur général des antiquités est parti ce soir pour Palmyre de Damas pour essayer de faire l'inventaire.

Les destructions sont de deux ordres, il y a celles bien connues, bien visibles, puisque Daech les a mises en scène : les destructions des deux grands temples de Bêl et Baalshamin, l'Arc de triomphe, les sept plus belles tours. Et il y a ce qui est invisible, il s'agit de toutes les destructions de tombeaux souterrains et surtout de tous les pillages du site.

Évidemment le régime mettra tout sur le dos de Daech, mais une partie des destructions ne sont pas le fait de Daech. On sait que bien avant l'arrivée de Daech, l'armée de Bachar al-Assad a pillé Palmyre.

Parce que Palmyre a été une ville rebelle assez tôt, dès 2011. Bachar avait eu beaucoup de mal à reprendre la ville fin 2012 /début 2013 et la ville a été livrée au pillage. Des tombeaux de la nécropole sud-est qui avaient été restaurés superbement par des archéologues japonais autour des années 2000 ont été intégralement détruits. On a des photos des soldats qui emportent des bustes palmyriens.

«Palmyre était un site fouillé à seulement 15 à 20 % de sa superficie, et donc il y avait encore énormément de choses à découvrir. Tous ces tombeaux qu'on ne connaissait pas et qui ont été pillés intégralement sont à jamais perdus pour la science.»

Maurice Sartre
Historien français spécialiste du monde antique

Ce que je crains c'est qu'on focalise sur les destructions des monuments bien connus, qui sont évidemment gravissimes, et qu'on oublie de mentionner ce qui relève du pillage des sites, et notamment du pillage de ce qui n'était pas connu.

ll ne faut pas oublier que Palmyre était un site fouillé à seulement 15 à 20 % de sa superficie, et donc il y avait encore énormément de choses à découvrir. Tous ces tombeaux qu'on ne connaissait pas et qui ont été pillés intégralement sont à jamais perdus pour la science.

À quoi va servir cet inventaire?

Il faut voir ce qui est récupérable. J'ai vu les vidéos sur Facebook postées par les journalistes sur place, on voit très clairement que le grand arc qui se trouve à la jonction de deux secteurs de la grande rue et qui a été détruit au bulldozer par Daech sera probablement reconstructible complètement parce que tous les blocs sont là.

En revanche ce qu'on ne sait pas, parce que les journalistes n'ont pas pu y aller - c'est probablement miné - c'est dans quel état sont les cailloux qui restent des deux temples. Si c'est des gravats, si c'est de la poussière comme c'est probable, il n'y a rien à faire, là où il reste un empilement de blocs, on peut les remonter, ça coûte cher mais c'est faisable.

Il y a des choses qui restent : toute la grande colonne, le théâtre, l'agora, beaucoup de colonnes de maisons restent. Ce qui a été détruit est quand même gravissime. Le temple de Bêl qui était le joyau même de Palmyre est détruit, en revanche l'enceinte avec sa colonnade ne semble pas avoir souffert. Le temple de Baalshamin qui était un petit bijou a complètement disparu et les plus grandes et belles tours funéraires ont disparu et j'ai l'impression qu'elles sont réduites à l'état de poussière.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer