L'aide humanitaire pourra entrer à Madaya, où la famine frappe 42 000 Syriens

Le gouvernement syrien a donné jeudi son accord... (Photo Louai Beshara, Agence France-Presse)

Agrandir

Le gouvernement syrien a donné jeudi son accord pour que l'ONU achemine une aide humanitaire à la ville rebelle de Madaya.

Photo Louai Beshara, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les soulèvements populaires dans le monde arabe. »

Agence France-Presse
DAMAS

Faisant face à un tollé international, le gouvernement syrien a donné jeudi son accord pour que l'ONU achemine une aide humanitaire à la ville rebelle de Madaya, que son armée assiège depuis six mois, réduisant à la famine ses 42 000 habitants.

Dans le même temps, les 20 000 habitants des deux localités chiites de Foua et Kafraya, encerclés par les rebelles dans la province d'Idleb (nord-ouest), devraient eux aussi recevoir une assistance du même type, a précisé le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA).

Cependant, en raison de la lourdeur administrative et du week-end qui tombe vendredi et samedi en Syrie, l'acheminent ne devrait pas commencer avant plusieurs jours, ont affirmé à l'AFP des humanitaires qui travaillent en Syrie.

«L'ONU accueille avec satisfaction l'autorisation du gouvernement syrien d'accéder à Madaya, Foua et Kafraya et se prépare à fournir une assistance humanitaire (à ces localités) dans les prochains jours», indique le communiqué des Nations unies.

Même si ce sont les rebelles qui peuvent autoriser l'accès à Foua et Kafraya, les aides de l'ONU doivent partir de Damas et traverser des zones sous contrôle du régime.

Ce sujet dramatique devrait certainement être évoqué samedi à Damas entre le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem et le médiateur de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura, chargé de préparer les négociations entre le régime et l'opposition, prévues fin janvier à Genève.

Selon l'OCHA, «environ 42 000 personnes se trouvent au bord de la famine à Madaya et l'ONU a reçu des rapports crédibles sur des personnes qui meurent de faim et qui ont été tuées en essayant de quitter la ville».

«Situation insoutenable»

La dernière fois que des convois humanitaires ont pu atteindre les villes rebelles de Zabadani et Madaya ainsi que les localités de Foua et Kafraya remonte au 18 octobre.

Depuis, «l'accès à Madaya était impossible en dépit de nombreuses demandes en ce sens», selon l'ONU.

«Quand la nouvelle nous est parvenue, certains ont tiré en l'air de joie, mais la plupart des gens attendent de voir la nourriture pour le croire, car les espoirs ont été déçus à plusieurs reprises dans le passé», a déclaré par téléphone à l'AFP Maaz al-Qalamouni une journaliste citoyenne de Madaya.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au moins 10 personnes sont mortes à cause du manque de médicaments et de nourriture à Madaya. Treize autres ont été tuées par l'explosion des mines posées par les forces du régime ou par des francs-tireurs en tentant de quitter la localité pour trouver de la nourriture, précise cette ONG qui dispose d'un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre.

Une vaste campagne s'est développée sur les réseaux sociaux en faveur d'une aide alimentaire et la France a dénoncé une «situation insoutenable et inacceptable».

«En fait, il manque de tout» à Madaya, avait résumé il y a quelques jours Pawel Krzysiek, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui y est entré lors de la dernière livraison d'aide en octobre. «Les gens sont depuis trop longtemps sans aliments de base, sans médicaments de base, sans électricité ni eau (...) J'ai réellement vu la faim dans les yeux des gens».

Par ailleurs, selon l'OSDH, dix civils, dont deux femmes ont été tuées par des raids, présumés russes, contre la localité rebelle d'Erbine, à l'est de Damas.

La Russie, qui mène une campagne de frappes en Syrie depuis le 30 septembre, affirme viser le groupe État islamique (EI) et d'autres organisations «terroristes», mais les pays occidentaux et les rebelles l'accusent de se concentrer principalement sur les groupes rebelles qui combattent le régime plus que sur les djihadistes.

Le conflit qui ravage la Syrie depuis mars 2011 a fait plus de 260 000 morts et des millions de déplacés.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer