L'ONU veut faire adopter un cessez-le-feu début janvier

Des Syriens au milieu des décombres après des... (Photo AFP, Abd Doumany)

Agrandir

Des Syriens au milieu des décombres après des raids aériens du régime d'Assaf, dans la zone tenu par les rebelles, à Douma, à l'est de Damas, le 30 août dernier.

Photo AFP, Abd Doumany

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Edith M. Lederer
Associated Press
Nations unies, New York

L'Organisation des Nations unies (ONU) s'affaire à organiser des discussions de paix entre les parties en guerre en Syrie afin d'obtenir un cessez-le-feu national au début du mois de janvier, a indiqué jeudi le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Les deux rondes de discussions qui se sont tenues à Vienne, en présence de joueurs importants qui soutiennent les parties opposées, ont créé une « nouvelle impulsion », a dit M. Ban à des journalistes.

Selon lui, il est donc essentiel d'agir rapidement pour mettre fin à ce conflit civil, qui dure depuis près de cinq ans et a tué plus de 250 000 personnes. La guerre en Syrie a servi de terreau idéal pour les extrémistes, croit l'ONU, et a poussé des millions de personnes à fuir vers les pays voisins et l'Europe.

Le mois dernier, les ministres des Affaires étrangères d'environ 20 pays se sont réunis à Vienne et ont adopté un plan ambitieux, quoiqu'incomplet, qui fixe au 1er janvier la date-butoir pour le début des discussions entre le gouvernement du président Bachar al-Assad et les groupes d'opposition.

En six mois, ces négociations devront convenir d'un gouvernement de transition « crédible, inclusif et non confessionnel » qui établira un échéancier pour élaborer une nouvelle Constitution et tenir des élections - supervisées par l'ONU - dans les 18 mois suivants.

M. Ban s'attend à ce qu'une troisième ronde de discussions se tienne à New York, mais il ne confirme pas la rumeur voulant que ce soit le 18 décembre.

D'après le porte-parole adjoint de l'ONU, Farhan Haq, les responsables tentent de réunir les délégués concernés le plus tôt possible.

M. Ban espère en outre que le cessez-le-feu soit en vigueur dès janvier.

À Vienne, les ministres n'ont pas réussi à obtenir un consensus sur quels groupes ne seraient pas protégés par le cessez-le-feu, sauf l'organisation État islamique et les filiales d'Al-Qaïda. La Jordanie supervisera le processus qui identifiera les groupes qui seront considérés comme « terroristes », et l'Arabie saoudite tentera de réunir les groupes d'opposition. Les délégués saoudiens devraient tenir une rencontre avec ces groupes à la mi-décembre.

La semaine dernière, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que les discussions de paix ne pouvaient se dérouler tant que toutes les parties n'auraient pas déterminé quels groupes iront sur la liste terroriste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer