Turquie: plus de 400 000 enfants syriens privés d'éducation

Selon les chiffres du gouvernement turc cités par... (PHOTO UMIT BEKTAS, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Selon les chiffres du gouvernement turc cités par HRW, 212 000 des 708 000 Syriens en âge d'être scolarisés étaient inscrits dans le système éducatif public turc en 2014-2015.

PHOTO UMIT BEKTAS, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les soulèvements populaires dans le monde arabe. »

Agence France-Presse
ISTANBUL

Plus de 400 000 enfants syriens réfugiés en Turquie sont privés d'école faute de maîtriser la langue turque et par manque de moyens, un phénomène qui contribue à accroître les migrations vers l'Europe, s'inquiète Human Rights Watch (HRW).

Dans un rapport de 62 pages publié lundi, l'ONG exhorte le gouvernement turc et ses partenaires internationaux à faire rapidement des efforts pour améliorer le taux de scolarisation des enfants syriens.

«Ne pas fournir une éducation aux enfants syriens expose toute une génération à de grands risques», a estimé l'une des auteurs du rapport, Stephanie Gee.

«Sans véritable espoir d'un avenir meilleur, des réfugiés syriens désespérés pourraient décider de risquer leur vie pour retourner en Syrie ou pour entreprendre un dangereux exode vers l'Europe», a-t-elle ajouté dans un communiqué de HRW.

En vertu de sa politique dite de «porte ouverte», la Turquie a accueilli officiellement depuis 2011 quelque 2,2 millions de Syriens qui ont fui la guerre dans leur pays. Seuls 250 000 d'entre eux vivent dans des camps, les autres ayant préféré s'installer dans les villes du pays, où la plupart vit dans une extrême précarité.

Selon les chiffres du gouvernement turc cités par HRW, 212 000 des 708 000 Syriens en âge d'être scolarisés étaient inscrits dans le système éducatif public turc en 2014-2015.

Pour survivre, de nombreux enfants syriens sont contraints à la mendicité ou à travailler illégalement en échange de salaires de misère.

Les autorités d'Ankara ont officiellement accordé en septembre 2014 aux enfants syriens un accès au système scolaire turc, mais leur intégration demeure limitée, notamment en raison de la langue, le manque de moyens et d'information et le rejet d'une partie de la population turque, déplore l'ONG.

«Les bailleurs de fonds et le gouvernement turc devraient s'assurer que les enfants syriens soient scolarisés, afin de leur fournir dès maintenant un certain niveau de stabilité, mais aussi de protéger leur avenir à plus long terme», a estimé Mme Gee.

Le fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) estime à près de 3 millions le nombre d'enfants syriens privés d'éducation par la guerre, à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

Depuis plusieurs mois, de nombreux Syriens ont quitté les côtes de la Turquie, souvent dans des conditions très périlleuses, pour se rendre dans les îles grecques, point d'entrée vers l'Union européenne (UE).

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer