La Russie frappe le fief de l'EI en Syrie

Sur cette image diffusée sur le site web... (IMAGE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE RUSSE/AP)

Agrandir

Sur cette image diffusée sur le site web du ministère de la Défense de la Russie le 2 octobre, une bombe explose dans une localité non spécifiée de Syrie.

IMAGE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE RUSSE/AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
BEYROUTH, Liban

L'aviation russe a pour la première fois visé la province de Raqa en Syrie, principal fief du groupe djihadiste État islamique (EI), tout en continuant de frapper vendredi d'autres groupes rebelles luttant contre le régime de Bachar al-Assad.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au moins 12 djihadistes ont péri dans les frappes jeudi soir à Raqa (nord-est). Et le groupe djihadiste a annulé la prière du vendredi par peur des raids russes, ont indiqué des militants et l'ONG.

C'est la première fois depuis le début mercredi des raids russes en Syrie que Moscou bombarde Raqa, dont le chef-lieu éponyme est considéré comme la «capitale» du groupe djihadiste ultraradical qui contrôle la moitié du pays.

Selon un militant originaire de la ville, Abou Mohammad, «les habitants effrayés se terraient dans les caves ou chez eux. L'EI, pour sa part, a coupé l'électricité la nuit quand les avions russes survolaient la ville».

D'après le ministère russe de la Défense, des bombardiers ont visé «un poste de commandement camouflé» au sud-ouest de la ville de Raqa et un «camp d'entraînement» de l'EI à 70 km plus à l'est.

Les frappes ont également visé la périphérie ouest de Raqa et la région de l'aéroport militaire de Tabqa, au sud-ouest, selon l'OSDH qui s'appuie sur un large réseau de sources en Syrie.

Dans le même temps, dans la ville orientale de Deir Ezzor, l'EI a lancé une importante offensive contre des quartiers tenus par le régime et contre l'aéroport militaire où de violents combats avaient lieu, selon l'OSDH.



Alep, Idleb et Hama visés

L'aviation russe a également frappé pour la première fois la province septentrionale d'Alep, détruisant «un poste de commandement et un centre de communication» de l'EI à Daret Ezza, a indiqué le ministère russe.

Autres objectifs, un camp de l'EI à Maaret al-Noomane, dans la province d'Idleb (nord-ouest), où «des bunkers et des stocks d'armes ont été complètement détruits» et un «poste de commandement de l'EI» à Kafar Zita dans la province de Hama (centre), a-t-il ajouté.

Mais d'après l'OSDH, l'EI est présent ni à Maaret al-Noomane, ni à Daret Ezza - où c'est le Front al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, qui domine -, ni à Kafar Zita, sous la coupe de groupes rebelles islamistes.

Moscou a fait état vendredi soir de nouvelles frappes aériennes contre l'EI dans les provinces d'Idleb, à Maaret al-Noomane, et de Hama.

Des avions russes ont bombardé plus tôt Al-Qaryataïne, dans la province centrale de Homs aux mains de l'EI, a indiqué pour sa part une source militaire syrienne.

Ils ont en outre visé à plusieurs reprises «des positions militaires et des centres de commandement de l'Armée de la conquête à Jisr al-Choughour» et dans d'autres localités de la province d'Idleb, selon une source de sécurité sur le terrain.

«L'Armée de la conquête» regroupe le Front Al-Nosra et des groupes islamistes qui combattent le régime et l'EI. Elle a chassé le régime de la province d'Idleb, notamment de Jisr al-Choughour, localité clé sur la principale route menant à la province de Lattaquié, fief de Bachar al-Assad.

La Russie affirme lutter contre l'EI et «tous les autres groupes terroristes» en Syrie mais Washington et ses alliés la soupçonnent de s'en prendre surtout aux opposants de son allié Bachar al-Assad dans le nord-ouest du pays où l'EI est peu présent.

Ces dernières semaines, l'armée russe a déployé plus de 50 avions et hélicoptères, ainsi que des troupes d'infanterie de marine, des parachutistes et des unités de forces spéciales en Syrie. Ces renforts ont été notamment acheminés dans le port de Tartous et à l'aéroport de Lattaquié.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer