Damas rend hommage au fondateur de la Corée du Nord

Une plaque commémorative à la gloire du «président... (PHOTO AFP/STR)

Agrandir

Une plaque commémorative à la gloire du «président éternel» de la Corée du Nord a été érigée sur une place près du jardin, bâti sur les ruines d'habitations sauvages récemment démolies.

PHOTO AFP/STR

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
DAMAS

Les autorités syriennes ont inauguré lundi à Damas un jardin en hommage à Kim Il-sung, fondateur défunt de la Corée du Nord, dont le régime est considéré comme parmi les pires au monde en matière de droits de l'homme.

Le jardin de 9000 m2 a été aménagé à Kafar Soussé, un quartier huppé du sud-ouest de la capitale syrienne, en hommage à «un leader historique célèbre pour sa lutte pour la libération (de son pays) et il mérite qu'on lui rende hommage en Syrie», a affirmé à l'AFP Fayçal Moqdad, vice-ministre syrien des Affaires étrangères lors de la cérémonie.

Kim Il-sung, fondateur de la Corée du Nord qui a dirigé le pays d'une main de fer de 1948 jusqu'à sa mort en 1994, est le grand-père de l'actuel dirigeant Kim Jong-un.

Une plaque commémorative à la gloire du «président éternel» de la Corée du Nord a été érigée sur une place près du jardin, bâti sur les ruines d'habitations sauvages récemment démolies.

Interrogé par l'AFP sur cet hommage à une personnalité aussi controversée, M. Moqdad a répondu que «toute personne qui critique (Kim Il-sung) est ridicule et stupide».

Il a salué la position nord-coréenne qui soutient la lutte «de la Syrie contre le terrorisme», terme utilisé par le régime syrien pour désigner aussi bien les rebelles que les djihadistes qui tentent de le renverser depuis plus de quatre ans.

L'ambassadeur de Pyongyang à Damas a affirmé lors de la cérémonie que la guerre en Syrie est le produit «des complots des États-Unis», bête noire du régime nord-coréen.

La Corée du Nord et le régime autocrate de Damas entretiendraient depuis plusieurs années une relation militaire.

La Corée du Nord aurait aussi aidé la Syrie à construire une centrale nucléaire, détruite par un bombardement israélien en 2007, et des journaux asiatiques avaient rapporté en août 2013 que Pyongyang avait essayé d'exporter des masques à gaz, des armes et des munitions vers la Syrie.

Le conflit syrien, qui a débuté en mars 2011 par la répression sanglante de manifestations antigouvernementales pacifiques avant de dégénérer en guerre civile, a fait plus de 240 000 morts.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer