Le journaliste emprisonné Mazen Darwish primé par l'UNESCO

Mazen Darwish est détenu dans une prison des services... (PHOTO FOURNIE PAR L'UNESCO)

Agrandir

Mazen Darwish est détenu dans une prison des services de renseignement de l'armée de l'air syrienne à Damas, selon les ONG qui ont appelé à plusieurs reprises les autorités syriennes à les «libérer sans condition».

PHOTO FOURNIE PAR L'UNESCO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les soulèvements populaires dans le monde arabe. »

Agence France-Presse
RIGA

L'UNESCO a attribué au journaliste syrien emprisonné Mazen Darwish son prix de la liberté de la presse, qui a été remis à sa femme Yara Bader dimanche soir à Riga, pour la journée mondiale de la liberté de la presse.

Mazen Darwish, défenseur des droits de l'Homme et directeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d'expression, est en prison depuis son arrestation avec deux de ses collègues, Hani Al-Zitani et Hussein Ghareer, le 16 février 2012 à Damas lors d'un raid des forces syriennes de sécurité.

Il est détenu dans une prison des services de renseignement de l'armée de l'air syrienne à Damas, selon les ONG qui ont appelé à plusieurs reprises les autorités syriennes à les «libérer sans condition».

L'UNESCO lui a attribué son prix «en reconnaissance du travail qu'il a accompli en Syrie depuis plus de dix ans au prix de sacrifices personnels considérables: interdiction de voyager, harcèlement, privation répétée de liberté et torture», a souligné l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture dans un communiqué.

«Marzen Darwish, juriste et défenseur de la liberté de la presse, est le président de Centre syrien pour les médias et la liberté d'expression, fondé en 2004. Il est également l'un des fondateurs du journal Voice et de syriaview.net, un site d'actualité indépendant interdit par les autorités syriennes. En 2011, il a créé Media Club, le premier magazine syrien consacré aux médias», a rappelé l'UNESCO.

Yara Bader, elle-même journaliste, a déclaré à l'AFP en marge de la cérémonie que le prix était important pour sensibiliser l'opinion non seulement au cas de son mari, mais aussi à des «centaines» d'autres, actuellement emprisonnés en Syrie pour avoir exprimé ouvertement leurs opinions.

«Il faut du temps pour apprendre à écouter les gens qui ont des opinions différentes», a-t-elle ajouté, en se disant encouragée par l'exemple du journaliste australien d'origine lettone Peter Greste - également présent dimanche à la cérémonie de Riga - et qui avait été lui-même libéré début février après plus de 400 jours passés dans une prison égyptienne, grâce à une campagne mondiale.

«Mazen a déjà pardonné à ceux qui l'ont torturé presque à mort», a déclaré Mme Bader, en dédiant le prix de l'UNESCO à ses enfants, dans l'espoir qu'ils grandissent dans une Syrie libre. «Je suis sûre que Mazen sera libéré un jour», a-t-elle dit à l'AFP.

Depuis le début le 15 mars 2011 de la révolte pacifique contre le régime syrien, qui s'est transformée par la suite en une guerre civile sanglante, plus de 200 000 personnes ont été détenues dans les prisons et les locaux des services de renseignements syriens, selon des estimations de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Près de 13 000 sont morts sous la torture et 20 000 sont portées disparues dans les geôles du régime, selon la même source.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer