Les États-Unis ne veulent pas l'effondrement du régime syrien

«Aucun d'entre nous, Russie, États-Unis, coalition (contre l'EI),... (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

«Aucun d'entre nous, Russie, États-Unis, coalition (contre l'EI), États de la région, ne veut un effondrement du gouvernement et des institutions politiques à Damas», a déclaré John Brennan.

Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
NEW YORK

Les États-Unis ne veulent pas d'un effondrement du gouvernement et des institutions en Syrie qui laisserait le champ libre aux extrémistes islamistes, dont le groupe État islamique (EI), a expliqué vendredi le directeur de la CIA John Brennan.

«Aucun d'entre nous, Russie, États-Unis, coalition (contre l'EI), États de la région, ne veut un effondrement du gouvernement et des institutions politiques à Damas», a déclaré John Brennan à New York devant le centre de réflexion Council on Foreign Relations.

Des «éléments extrémistes», dont l'EI et d'anciens militants d'Al-Qaida, sont «en phase ascendante» dans certaines régions de Syrie, a soutenu M. Brennan.

«La dernière chose que nous voulons, c'est de leur permettre de marcher sur Damas», a indiqué M. Brennan. «C'est pourquoi il est important de soutenir les forces de l'opposition syrienne qui ne sont pas extrémistes.»

La communauté internationale est favorable à une solution reposant sur «un gouvernement représentatif qui essaiera de répondre aux revendications à travers le pays», a-t-il noté.

Les États-Unis sont en train de mettre en place en Turquie un programme de formation militaire et d'équipement de rebelles de l'opposition modérée syrienne. Pour le Pentagone, la mission militaire de ces Syriens sera avant tout de défendre leurs communautés et combattre l'EI.

John Brennan a longtemps travaillé à la CIA avant de devenir le conseiller anti-terrorisme de Barack Obama, puis de revenir à la tête de la CIA en mars 2013.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer