Projet de résolution américain condamnant l'usage de gaz de chlore

Le texte ne désigne pas cependant les coupables... (Photo: Reuters)

Agrandir

Le texte ne désigne pas cependant les coupables de cette utilisation du chlore, attestée par des rapports d'enquête de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques.

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les soulèvements populaires dans le monde arabe. »

Agence France-Presse
New York

Les États-Unis ont proposé mercredi à leurs partenaires du Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution qui condamne l'utilisation de gaz de chlore dans le conflit syrien et brandit la menace de sanctions, sans accuser explicitement le régime de Damas.

Le texte devrait commencer à être discuté jeudi au niveau des experts des 15 pays membres et Washington espère son adoption dès vendredi, selon des diplomates.

Il évoque le chapitre 7 de la charte de l'ONU, qui prévoit des mesures coercitives allant des sanctions à l'usage de la force pour faire appliquer les décisions du Conseil.

Selon le projet de texte, le Conseil «décide en cas de non-respect» des résolutions précédentes de l'ONU interdisant l'utilisation d'armes chimiques «d'imposer des mesures sous chapitre 7».

Il «condamne le plus fermement possible l'utilisation de tout produit chimique toxique comme le chlore en tant qu'arme en Syrie» et affirme que les responsables de tels actes «doivent en répondre».

Mais le texte ne désigne pas les coupables de cette utilisation du chlore, attestée par des rapports d'enquête de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques.

Le gouvernement et l'opposition armée se renvoient la responsabilité et les occidentaux, États-Unis en tête, ont accusé Damas, soulignant que seules les forces gouvernementales disposent d'hélicoptères pour répandre ce produit chimique toxique.

Damas, qui a signé la convention sur l'interdiction des armes chimiques, dément et affirme avoir détruit toutes ses armes chimiques.

La Russie et la Chine, alliées du régime de Damas, ont déjà mis leur veto à plusieurs résolutions occidentales destinées à faire pression sur lui.

L'organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a établi avec «un haut degré de certitude» l'utilisation répétée de gaz de chlore par les belligérants dans le nord de la Syrie dans son dernier rapport sur le sujet, rappelle le projet de résolution.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer