Des produits chimiques britanniques dans le gaz sarin syrien ?

Et en vertu d'un accord russo-américain, conclu en... (Photo Associated Press)

Agrandir

Et en vertu d'un accord russo-américain, conclu en octobre 2013, la Syrie a remis l'ensemble de son arsenal chimique pour qu'il soit détruit.

Photo Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
LONDRES

Plusieurs centaines de tonnes de produits chimiques exportées en Syrie par des entreprises britanniques dans les années 80, ont «probablement» été utilisées pour fabriquer du gaz sarin, a rapporté mercredi William Hague, le ministre britannique des Affaires étrangères.

Ces produits, qui peuvent être utilisés en toute légitimité pour fabriquer du plastique ou des médicaments, «ont été exportés en Syrie par des entreprises britanniques entre 1983 et 1986», a annoncé William Hague dans une déclaration écrite au Parlement.

L'usage de ces substances aurait ensuite été détourné.

«Selon les informations dont nous disposons, nous estimons qu'il est probable que ces exportations chimiques effectuées par des compagnies britanniques aient été par la suite utilisées par la Syrie dans ses programmes destinés à produire des agents neurotoxiques, notamment du gaz sarin», a-t-il ajouté.

Lors d'une offensive menée en août dernier dans la banlieue de Damas qui avait fait 1400 morts, le régime de Bachar al-Assad a été accusé d'avoir eu recours aux armes chimiques et notamment au gaz sarin.

Face à la menace des États-Unis de mener des frappes aériennes en représailles, Damas avait accepté de livrer ses stocks d'armes chimiques.

Et en vertu d'un accord russo-américain, conclu en octobre 2013, la Syrie devait avoir remis l'ensemble de son arsenal chimique pour qu'il soit détruit au 30 juin.

Les dernières armes chimiques ont quitté le pays le 23 juin et les éléments les plus dangereux ont été transférés début juillet dans un port du sud de l'Italie sur le navire américain Cape Ray, chargé de les détruire.

Damas a évacué un total de 1300 tonnes d'agents chimiques.

Le Royaume-Uni participe également au programme de destruction et «accepte de recevoir 150 tonnes de précurseurs B (un produit chimique industriel) provenant des stocks chimiques syriens», a précisé mercredi William Hague.

«Cinquante tonnes supplémentaires de produits chimiques industriels à base de chlorure d'hydrogène et de fluorure d'hydrogène vont également être détruites dans des installations spécialisées au Royaume-Uni», a ajouté le chef de la diplomatie britannique.

William Hague a également déclaré que «le navire transportant ces substances devrait arriver au Royaume-Uni la semaine prochaine».

La guerre en Syrie, qui a débuté en mars 2011, a déjà fait plus de 162 000 morts et conduit au moins 2,8 millions de Syriens à fuir leur pays.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer