Syrie: l'armée s'empare d'une ville de la province d'Alep

Des membres de forces rebelles transportent des obus... (Photo Fadi Mashan, Reuters)

Agrandir

Des membres de forces rebelles transportent des obus de mortiers.

Photo Fadi Mashan, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

L'armée syrienne a pris samedi le contrôle de la ville de Nakarine, près d'Alep (nord), profitant de la bataille que se livrent depuis une semaine rebelles et une partie des jihadistes, ont rapporté des militants.

Parallèlement, les jihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL, lié à Al-Qaïda) se sont emparés de la ville de Tal Abyad, près de la frontière avec la Turquie, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«Les forces du régime ont pris le contrôle du secteur de Nakarine et avancent vers la zone industrielle d'Alep», au nord-est de la métropole, a rapporté le Centre des médias d'Alep, un réseau de militants sur le terrain.

«Cette avancée est clairement la conséquence du fait que les rebelles sont occupés à combattre» l'EIIL, a affirmé Nazeer al-Khatib, un militant basé à Alep, via internet à l'AFP.

Le 3 janvier, des rebelles majoritairement islamistes ont lancé une offensive contre l'EIIL, accusé de brutalité et de velléités hégémoniques, entraînant de violents combats ayant fait selon l'OSDH plus de 500 morts en une semaine.

Alors que l'EIIL est sur la défensive dans les provinces d'Alep et d'Idleb, il avance en revanche dans celle de Raqa qui est sa place forte, non loin de l'Irak.

À Raqa même, l'EIIL s'est ainsi emparé de la gare et d'un barrage tenu par les islamistes. Des dizaines de corps de membres de l'EIIL se trouvaient à l'hôpital de la ville, selon l'OSDH.

Parallèlement, l'EIIL a déposé les corps de dizaines de rebelles et de membres d'une brigade proche du Front al-Nosra (branche officielle d'al-Qaïda en Syrie)à l'entrée de Jazra, à l'ouest de Raqa. Les muezzins de la ville ont appelé les habitants à venir les identifier.

Plus au nord, l'EIIL a pris le contrôle de la ville frontalière clé de Tal Abyad.

À Saraqeb, à 270 km au nord de Damas, les rebelles islamistes ont lancé une offensive samedi pour reprendre ce dernier bastion de l'EIIL dans la province d'Idleb.

«Ils ont pris le contrôle de la plus grande partie de la ville et assiègent des centaines de combattants de l'EIIL», a affirmé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, qui s'appuie sur un vaste réseau de militants et de sources médicales.

Une voiture piégée a explosé dans la journée à un point de contrôle mis en place par des rebelles islamistes, tuant deux commandants, selon l'OSDH.

Saraqeb, aux mains des rebelles depuis novembre 2012, est située entre Hama et Alep, deux des principales villes de Syrie.

Dans le même temps à Alep, un groupe rebelle «a lancé une attaque contre la maison d'un commandant de l'EIIL (...) et enlevé sa mère et sa soeur, et violé sa mère», a indiqué l'OSDH, en estimant que les auteurs de ce type de crimes devaient être traduits devant un tribunal internationale.

Dans le centre du pays, un raid aérien a fait six morts dans le village de Souran, dans la province de Hama, tandis que 12 personnes ont été tuées dans un bombardement mené par les forces du régime à Homs.

Les violences ont fait plus de 130 000 morts en Syrie et poussé des millions de personnes à fuir depuis mars 2011.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer