L'ASL revendique l'attentat de Damas

Des combattants de l'ASL ouvrent le feu depuis... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Des combattants de l'ASL ouvrent le feu depuis une base de Quseir, dans le centre de la Syrie, le 17 jullet.

PHOTO ARCHIVES AFP

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
Damas

L'Armée syrienne libre (ASL), formée de déserteurs et de civils armés, a revendiqué dans un communiqué l'attentat perpétré mercredi à Damas qui a tué le beau-frère du président syrien Bachar al-Assad, Assef Chawkat, le ministre de la Défense Daoud Rajha et le chef de la cellule de crise, général Hassan Turkmani.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le commandement de l'ASL en Syrie (...) annonce (...) le succès de l'opération remarquable de ce matin qui a visé le siège de la Sécurité nationale à Damas et tué plusieurs piliers de la bande d'Assad qui sont responsables de massacres barbares », selon le communiqué transmis à l'AFP par courrier électronique.

Un officier de l'ASL, le sous-lieutenant Ahmed Mohamed Taqa, a expliqué dans une vidéo sur YouTube que l'opération avait été menée par « l'un de nos héros » de la Brigade des Sahaba (compagnons du prophète Mahomet) après « deux mois de surveillance » des membres de la cellule de crise mise en place par le régime.

« L'un de nos héros sur place a exécuté une parfaite opération de sécurité et tué les membres » de la cellule, a ajouté l'officier qui a promis de poursuivre la lutte « jusqu'à la chute du régime » de Bachar al-Assad.

Dans son communiqué, l'ASL a précisé que l'opération « est la première d'une série de grandes opérations visant à faire chuter Assad et l'ensemble des piliers et symboles du régime, qu'ils soient civils ou militaires ».

Les rebelles ont réitéré que ceux « qui n'ont pas de sang sur les mains » avaient jusqu'à la fin du mois de juillet pour faire défection du régime, sous peine sinon d'être considérés, selon le communiqué, comme « des complices des meurtres d'Assad ».

L'attaque de mercredi a également été revendiquée par un groupe islamiste, Liwa al-Islam (Brigade de l'islam), dans un communiqué sur Facebook dans lequel il affirme avoir pris pour cible la réunion par « un engin explosif ».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer