L'humoriste égyptien Bassem Youssef s'excuse pour un plagiat

Bassem Youssef, ex-cardiologue converti à la comédie.... (PHOTO AMIR NABIL, ARCHIVES AP)

Agrandir

Bassem Youssef, ex-cardiologue converti à la comédie.

PHOTO AMIR NABIL, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Égypte
Égypte

Notre dossier sur le soulèvement populaire qui secoue l'Égypte. »

Agence France-Presse
LE CAIRE

Un humoriste égyptien, Bassem Youssef, célèbre pour ses railleries visant les politiciens et le manque d'éthique des médias, a dû s'excuser pour un plagiat qui lui a valu de sévères critiques.

M. Youssef a été accusé d'avoir plagié un article paru sur un site internet américain pour rédiger sa chronique dans un journal égyptien.

Dans son édito publié mardi par Al-Chourouk, M. Youssef, qui est également animateur d'une émission télévisée, a analysé la proposition du président russe Vladimir Poutine sur l'Ukraine.

Des lecteurs ont remarqué les similarités entre la chronique de M. Youssef et un article du site d'information américain Politico, signé Ben Judah et intitulé «Pourquoi la Russie n'a plus peur de l'Occident».

Bassem Youssef, surnommé le «Jon Stewart égyptien» en allusion à l'humoriste américain dont il s'inspire, se moque souvent du manque d'éthique et de professionnalisme des médias égyptiens dans son émission hebdomadaire Al-Bernameg (L'Emission, en arabe).

«Bassem nous explique chaque semaine que les médias devraient être propres et crédibles, LOL», écrit un internaute sur Twitter, s'adressant à M. Judah.

Après le déluge de critiques émises via Twitter, M. Youssef a reconnu avoir utilisé l'article et s'en est excusé immédiatement sur Twitter.

Il s'est ensuite justifié en expliquant, dans une courte note publiée mercredi par le site internet d'Al-Chourouk,  avoir oublié de mentionner les sources en raison de l'importante charge de travail qui lui incombait ce jour-là.

Ben Judah a indiqué à plusieurs reprises accepter les excuses de M. Youssef, mais il a annoncé se retirer quelques jours de Twitter «jusqu'à ce que la haine anti-juive s'apaise», à la suite d'une vague inattendue de critiques antisémites le visant publiées sur le réseau social à la suite de cette affaire.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer