Syrie: la crédibilité de l'ONU à l'épreuve de sa trêve illusoire

En dépit de son insistance humanitaire, seulement deux... (Photo Hamza Al-Ajweh, Agence France-Presse)

Agrandir

En dépit de son insistance humanitaire, seulement deux convois de l'ONU ont été autorisés par Damas depuis début 2018 vers des zones assiégées, notait mercredi un responsable de l'ONU.

Photo Hamza Al-Ajweh, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Philippe Rater
Agence France-Presse

Un cessez-le-feu exigé à l'unanimité et une dizaine de jours après, rien. Pire, dans la Ghouta orientale, le régime syrien, soutenu par la Russie, a accéléré sa reprise territoriale. À quoi sert l'ONU?

Pour plusieurs membres du Conseil de sécurité, des experts ou des ONG, interrogés par l'AFP, c'est un même constat: l'impuissance voire, pour certains, une perte de crédibilité de l'organisation censée garantir la paix dans le monde.

«Prenons garde que la tragédie syrienne ne soit pas aussi le tombeau des Nations unies!»... Avec cette phrase choc, l'ambassadeur français François Delattre a récemment voulu réveiller les consciences. Son inquiétude sur le devenir de l'ONU ne semble cependant pas partagée.

Pour l'ambassadeur britannique adjoint à l'ONU Jonathan Allen, «le Conseil de sécurité a échoué à l'égard du peuple syrien» en raison d'oppositions de la Russie. Mais «la Syrie ne signifie pas la fin du Conseil de sécurité», ajoute-t-il, et son action continuera pour sauver des vies et tenter d'empêcher des atrocités.

En dépit de son insistance humanitaire, seulement deux convois de l'ONU ont été autorisés par Damas depuis début 2018 vers des zones assiégées, notait mercredi un responsable de l'ONU. Il s'exprimait lors d'une réunion «urgente» du Conseil de sécurité qui n'a donné lieu à aucune nouvelle initiative forte pour changer la donne.

Bombarder Damas

«Ce n'est pas ce qu'on fait à l'ONU», explique avec franchise un diplomate sous couvert d'anonymat en rappelant que les consensus ou divisions sont surtout décidés par les capitales des pays membres. «Le changement de jeu» en Syrie, «ce serait si Emmanuel Macron et Donald Trump bombardaient Damas», ajoute-t-il.

Membre de l'International Peace Institute (IPI) à New York, Alexandra Novosseloff abonde. L'ONU n'est qu'«un instrument aux mains de ses États membres» et ce «n'est pas que le Conseil de sécurité» mais aussi tout un «système» et «des agences sur le terrain qui tentent d'apporter une aide humanitaire, quand elles sont autorisées à avoir accès aux populations». Donc, «il faut blâmer les États, certains États, pas l'ONU dans son ensemble».

Un point de vue auquel adhère Richard Gowan de l'European Council for Foreign Relations. «Il est injuste de blâmer l'ONU dans son ensemble pour les échecs du Conseil de sécurité. Beaucoup de fonctionnaires de l'ONU, en fait nombre de diplomates du Conseil, ont usé leurs nerfs à essayer de mettre fin à la guerre».

Depuis son exigence d'une trêve, le Conseil de sécurité enchaîne les réunions. Après deux premières rencontres, au moins quatre nouvelles sessions sont prévues en mars, dont la prochaine lundi avec le patron de l'ONU Antonio Guterres, plutôt discret sur le dossier syrien.

«Si le Conseil de sécurité ne se réunissait pas et si l'on ne s'efforçait pas de faire appliquer la résolution» exigeant un cessez-le-feu, «on nous demanderait ce qu'on fait», se justifie un diplomate. Ces rencontres visent à mettre la pression sur Moscou.

«Lambeaux de crédibilité»

Depuis le début de la guerre en 2011, «le Conseil de sécurité n'a pas beaucoup de crédibilité sur la Syrie», résume Louis Charbonneau de l'ONG Human Rights Watch. Et de prédire: «Si le Conseil ne fait pas appliquer ses propres résolutions [...] alors il perdra les lambeaux de crédibilité qui lui restent».

Pour les États-Unis, la responsabilité est à imputer à la Russie, qui ne pèse pas assez sur le régime syrien et «continue de mener des raids aériens dans la Ghouta avec ses propres avions».

«La Russie a repoussé plusieurs fois l'adoption de la résolution» sur la trêve «et ses réticences à la voter s'expliquent maintenant: elle n'avait pas l'intention de l'appliquer», affirme à l'AFP un responsable américain sous couvert d'anonymat.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès de la mission diplomatique russe. Ces derniers mois, Moscou a plusieurs fois assuré vouloir l'arrêt des combats en Syrie, affirmant à ses partenaires ne pas pouvoir imposer toutes ses vues à Damas.

«La réalité est que la Russie a utilisé le Conseil comme un moyen de compliquer et de ralentir les efforts de paix en Syrie», explique M. Gowan. Et «les États-Unis et leurs alliés sont dans une certaine mesure complices».

«Ils ont toujours su que la Russie jouait avec le système alors que le seul moyen d'arrêter cela aurait été d'intervenir militairement en Syrie ou de céder à Bachar al-Assad. Au lieu de cela, Washington et ses amis sont revenus sans cesse à New York et à Genève pour davantage de jeux diplomatiques. Personne en fait ne s'est jamais assez soucié du peuple syrien pour arrêter la guerre».




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer