La mort ou la prison à vie pour Djokhar Tsarnaev

Djokhar Tsarnaev a été reconnu coupable, hier, des... (ILLUSTRATION JANE FLAVELL COLLINS, REUTERS)

Agrandir

Djokhar Tsarnaev a été reconnu coupable, hier, des 30 chefs d'accusation qui pesaient contre lui relativement au double attentat du marathon de Boston en 2013.

ILLUSTRATION JANE FLAVELL COLLINS, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats de Boston

International

Attentats de Boston

Le fil d'arrivée du 117e marathon de Boston s'est rapidement transformé, lundi après-midi, en une véritable scène d'horreur. Vers 14h50, deux bombes ont explosé à deux endroits différents rue Boylston. Trois personnes sont mortes, dont un garçon de 8 ans. Selon un bilan provisoire, au moins 170 personnes, coureurs et spectateurs, ont été blessées, dont certaines gravement. »

Après 11 heures de délibération, les jurés en sont arrivés hier à un verdict unanime: Djokhar Tsarnaev, 21 ans, a été reconnu coupable de 30 chefs d'accusation, dont celui d'avoir posé l'engin explosif qui a tué trois spectateurs du marathon de Boston, le 15 avril 2013. Le jeune homme fait maintenant face à une condamnation à la peine capitale.

Q: De quoi Djokhar Tsarnaev a-t-il été reconnu coupable?

R: Djokhar Tsarnaev, 21 ans, a été reconnu coupable aux 30 chefs d'accusation portés contre lui. Ces accusations allaient du complot et de l'utilisation d'une arme de destruction massive au vol d'une voiture. Il a été également reconnu coupable de la mort de trois spectateurs du marathon de Boston (deux femmes, Krystle Campbell et Lingzi Lu, et un enfant de 8 ans, Martin William Richard), ainsi que du policier Sean Collier, tué trois jours plus tard durant la traque qui a suivi l'attentat. Sur les lieux de l'explosion, 264 personnes ont également été blessées.

Q: Pourquoi est-il passible de la peine de mort?

R: Même si le procès s'est tenu au Massachusetts, qui a aboli la peine de mort en 1982, les accusations relèvent de la loi fédérale. Dix-sept des trente chefs d'accusation dont Tsarnaev a été reconnu coupable sont passibles de la peine de mort. «Il est arrivé à plusieurs reprises que le gouvernement fédéral ait condamné des gens à mort même dans des États où il n'y a pas de peine de mort», explique Francis Langlois, enseignant en histoire au Cégep de Trois-Rivières et chercheur à l'Observatoire des États-Unis à la chaire Raoul-Dandurand. «On les envoie alors au pénitencier fédéral de Terres Hautes, en Indiana. Mais dans la plupart des cas, les détenus ont fini par écoper d'une sentence de prison à vie.» Selon le Federal Death Penalty Resource Counsel, 495 condamnations ont été demandées par le fédéral depuis 1988, année où elle a été rétablie. De ce nombre, 79 peines capitales ont été prononcées, et seulement 3 exécutions (dont celle de Timothy McVeigh, auteur de l'attentat d'Oklahoma City) ont eu lieu.

Q: Quelle sera la suite?

R: La suite du procès de Djokhar Tsarnaev, qui devrait reprendre dès la semaine prochaine avec le même jury, portera désormais sur la peine. Les procureurs demanderont la peine de mort. «La nature du comportement incriminé et le préjudice qui en a résulté exigent cette décision», a déclaré l'an dernier le ministre de la Justice, Eric Holder. Pour la défense, qui réclamera la prison à vie, l'homme qui était âgé de 19 ans lors de l'attentat avait été influencé par son grand frère Tamerlan, 26 ans, tué par la police quatre jours après l'explosion.

Q: Les gens de Boston sont-ils favorables à la peine de mort pour Tsarnaev?

R: Il semble que non. Dans un sondage de l'Université du New Hampshire, mené cinq mois après les attentats, 57% des Bostoniens disaient préférer une réclusion à perpétuité pour Tsarnaev plutôt que la peine de mort (33%). La prison à vie était également préférable à la mort pour 49% des répondants d'allégeance républicaine (61% pour les démocrates). Et dans un nouveau sondage publié le 23 mars dernier par la radio WBUR, 62% des résidants de Boston (49% dans la grande région métropolitaine) étaient pour la prison à vie. À noter que l'appui à la peine de mort était plus élevé chez les 30 à 44 ans (43% pour) que dans les autres groupes d'âge.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer