Sénégal: un site gouvernemental piraté par des hackers pro-Charlie Hebdo

Vendredi, des milliers de manifestants avaient protesté à... (Photo: AFP)

Agrandir

Vendredi, des milliers de manifestants avaient protesté à Dakar et dans des villes de province contre la caricature du prophète.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Agence France-Presse
Dakar

Le site d'une agence officielle sénégalaise a été piraté dimanche par un groupe se réclamant des Anonymous et reprochant au Sénégal l'interdiction de la diffusion dans le pays du dernier numéro du journal satirique français Charlie Hebdo, selon des sources concordantes.

Des blogueurs et internautes sénégalais ont publié sur les réseaux sociaux des captures d'écran du site de l'Agence de l'informatique de l'État (ADIE, rattachée à la présidence), qui a reconnu avoir «subi une série d'attaques» informatiques.

«Propriété d'Anonymous. Eh bien, vous avez interdit la caricature de la Une de Charlie Hebdo? Mauvais choix», peut-on lire sur une des images postées sur Twitter par @dagin55.

«La liberté d'expression a été meurtrie. Charlie Hebdo, une figure historique du journalisme satirique, a été pris pour cible par des lâches. Attaquer la liberté d'expression, c'est attaquer Anonymous. Nous ne le permettons pas. (...) Nous vous traquons», selon un autre message des hackers retranscrit par le blogueur Cheikh T. Cissé sur sa page.

«L'ADIE a subi une série d'attaques sur son site web aujourd'hui (dimanche). Nos services dédiés ont réussi à corriger les infiltrations», a affirmé l'agence dans un bref communiqué transmis à l'AFP.

«Dans le contexte actuel où plus de 20 000 sites web sont touchés en quatre jours à travers le monde», la direction «a décidé de renforcer l'équipe de veille et pour des raisons évidentes de sécurité, l'ADIE ne peut donner plus d'informations stratégiques», a-t-elle conclu.

Le Sénégal a interdit le 14 janvier la diffusion de l'édition du même jour de l'hebdomadaire Charlie Hebdo et du quotidien français Libération, publiant une caricature présentée comme celle du prophète Mahomet.

Le dessin, en Une, montre un personnage barbu en turban tenant une pancarte «Je suis Charlie», slogan de manifestants ayant marché à Paris le 11 janvier pour condamner les attentats jihadistes contre Charlie Hebdo, une policière et un supermarché casher (17 morts au total dans la capitale française en trois jours).

Le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall, également président de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), avait participé à la marche à Paris, s'attirant des critiques au Sénégal, République laïque comptant plus de 90% de musulmans.

Vendredi, des milliers de manifestants avaient protesté à Dakar et dans des villes de province contre la caricature du prophète.

Un rassemblement contre Charlie Hebdo est prévu le 24 janvier à Dakar. Des dirigeants d'importantes familles religieuses musulmanes du pays cités par la presse locale ont annoncé leur participation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer