La menace djihadiste très présente en Europe

Une semaine après l'énorme mobilisation en France, en réaction aux attentats de... (Photo FABRIZIO BENSCH, Archives Reuters)

Agrandir

Photo FABRIZIO BENSCH, Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Anne CHAON, Jacques Clément
Agence France-Presse
PARIS

Une semaine après l'énorme mobilisation en France, en réaction aux attentats de Paris, les enquêtes se poursuivaient dans ce pays et en Belgique avec de nouvelles menaces dimanche sur l'Allemagne, tandis que le deuxième auteur de la tuerie à Charlie Hebdo a été inhumé en secret.

Chérif Kouachi (à gauche)... (PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Chérif Kouachi (à gauche)

PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE

Un «risque terroriste concret» a conduit l'Allemagne à interdire «tout rassemblement public en plein air» lundi à Dresde (est), visant la manifestation hebdomadaire du mouvement anti-islam Pegida, les «Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident».

La police avance un «appel à se mêler aux manifestants pour tuer un membre de l'organisation» de ces rassemblements qui ont lieu tous les lundis depuis octobre. D'autant, ajoute-t-elle, que sur twitter, un message en arabe identifie Pegida, organisateur des rassemblements tous les lundis depuis octobre, «comme un ennemi de l'islam».

Les ministres européens des Affaires étrangères se réunissent lundi matin à Bruxelles pour envisager les moyens de renforcer leur coopération dans la lutte antiterroriste. Le sujet sera au programme du sommet des chefs d'État et de gouvernement le 12 février.

En France, où se poursuit l'enquête sur les attentats qui ont fait 17 morts à Paris, dont 12 lors de l'attaque contre la rédaction de Charlie Hebdo et la fuite des assaillants, les trois tueurs abattus le 9 janvier sont connus pour appartenir à la mouvance islamiste.

Après son frère aîné Saïd, 34 ans, le deuxième auteur de l'attaque contre le journal, Chérif Kouachi, 32 ans, a été inhumé samedi soir dans la plus grande discrétion à Gennevilliers, près de Paris, où il habitait. «Il n'y avait personne» pas même son épouse qui n'avait pas souhaité y assister, selon la mairie.

Le maire, Patrice Leclerc, qui redoute que la tombe puisse devenir un lieu de pèlerinage, avait réclamé cet anonymat. S'il n'avait pu légalement s'opposer à l'inhumation de Chérif Kouachi dans sa ville, a-t-il expliqué, il avait en revanche refusé celle de Saïd Kouachi, finalement enterré vendredi de nuit à Reims (est), dans une tombe également anonyme et dans un cimetière tenu secret.

Quant au troisième djihadiste, Amédy Coulibaly, responsable de la mort d'une policière puis de la prise d'otages qui a fait quatre morts dans une supérette casher dans l'est de Paris le 9 janvier, une partie de sa famille a indiqué à l'AFP ne pas avoir encore pris de décision.

Neuf personnes, dont une femme, soupçonnées d'être liées à Coulibaly et d'avoir pu lui apporter un soutien logistique, en armes et véhicules notamment, ont vu dimanche leur garde à vue prolongée jusqu'à mardi soir.

Douze personnes au total ont été interpellées dans la nuit de jeudi à vendredi dans différentes communes autour de Paris, puis trois femmes, les compagnes des suspects, libérées.

Traque du cerveau belge

Un des deux suspects arrêtés samedi à Athènes «pourrait avoir un lien» avec la cellule djihadiste présumée démantelée cette semaine en Belgique et le parquet va demander son extradition, a annoncé un de ses porte-parole dimanche à Bruxelles.

Selon les médias belges, le chef et pourvoyeur de fonds de la cellule démantelée, qui projetait des attentats contre des policiers et des commissariats, est Abdelhamid Abaaoud, un Belge d'origine marocaine de 27 ans qui a combattu dans les rangs du groupe État islamique en Syrie.

Le ministre belge de la Justice a reconnu que les arrestations à Athènes n'avaient pas permis de «mettre la main» sur le cerveau présumé de l'organisation. «On continue de le rechercher activement et je suppose que cela va réussir», a-t-il ajouté.

L'autre homme arrêté samedi à Athènes a été libéré dimanche sans qu'aucune charge soit retenue contre lui, avait indiqué plus tôt dans la journée une source policière grecque sous couvert d'anonymat.

Treize personnes avaient été arrêtées jeudi en Belgique dans ce coup de filet anti-djihadiste, dont cinq ont été inculpées pour «appartenance à un groupe terroriste», ce qui a mené trois d'entre elles à être incarcérées. Deux fugitifs ont également été arrêtés en France, et leur extradition a été demandée.

Des perquisitions avaient permis de retrouver des armes, des produits permettant de fabriquer des bombes, d'importantes sommes d'argent, des uniformes de police et des faux documents.

La vague de protestation dans le monde musulman contre les caricatures du Prophète s'est en revanche apaisée, notamment au Niger, où deux jours d'émeutes ont fait dix morts, dont cinq samedi à Niamey. Même si de nouvelles manifestations se sont déroulées dans plusieurs grandes villes du Pakistan, dont Lahore, Peshawar et Karachi, où un photographe de l'AFP a été grièvement blessé par balle vendredi.

Des drapeaux français ont été brûlés, ainsi que des effigies du président François Hollande et des dessinateurs de l'hebdomadaire de Charlie Hebdo, dont la dernière livraison - la première post-attentat avec le Prohète en Une, la larme à l'oeil - s'est déjà arrachée à 2,7 millions d'exemplaires.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer