Le président du Bénin appelé à «devenir Charlie» à la télévision nationale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Les répercussions du mouvement « Je suis Charlie » ont atteint le Bénin, cette semaine, alors qu'un journaliste de la télévision nationale a fait une déclaration surprenante et audacieuse en plein bulletin de nouvelles de fin de soirée, lundi.

Alors qu'il évoquait la participation du président béninois Thomas Boni Yayi à la marche historique de la veille à Paris, le présentateur Ozias Souvounou a appelé le chef de l'État à appliquer chez lui la liberté d'expression qu'il prône à l'étranger.

« On aurait aussi aimé que pour aller au bout de cet engagement, le chef de l'État devienne aussi Charlie ORTB [Office de radiodiffusion et télévision du Bénin], a-t-il déclaré en direct. Charlie ORTB pour la liberté de presse sur le service public de l'audiovisuel au Bénin. »

Joint hier par La Presse à son domicile de Cotonou, Ozias Souvounou raconte ne pas avoir hésité, l'occasion étant trop belle pour la laisser passer. « J'ai pris une grosse respiration, j'étais déterminé. »

« C'est l'expression d'une frustration, d'un malaise profond. On ne nous permet pas de bien faire notre métier. »

- Ozias Souvounou, présentateur de nouvelles à la télévision nationale du Bénin

L'ancien enseignant, devenu journaliste il y a 10 ans, estime que la situation s'est détériorée depuis le début du second mandat du président Boni Yayi, en 2011. « Lorsqu'on veut lancer le débat, inviter des gens qui ont des opinions diverses, autres que celle du gouvernement, on reçoit un refus catégorique de nos patrons. »

CRAINTE DE REPRÉSAILLES

Reporters sans frontières a situé le Bénin au 75e rang de son classement mondial de la liberté de presse, en 2014, derrière Hong Kong, Haïti ou la République dominicaine, par exemple. « Le Bénin a régressé », note Émile Ouedraogo, de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l'UQAM.

Le constat est paradoxal dans un pays « qui a fait ses preuves en matière de démocratie », estime le chercheur qui y voit néanmoins « une volonté de Yayi Boni d'affirmer son pouvoir » et de faire taire « tout ce qui va à l'encontre de ses velléités ».

Ozias Souvounou s'attend à des représailles. S'il n'a subi aucune réprimande pour l'instant, c'est selon lui parce que son geste a eu des échos partout au pays et même à l'étranger. « Ils ont peur, ils ont reçu des menaces de citoyens qui disent qu'ils vont manifester, que le pays allait s'embraser si jamais il m'arrive quoi que ce soit. »

La discussion téléphonique avec La Presse s'est terminée quand les ministres de la Justice et de l'Intérieur se sont présentés chez lui, en personne. Ils voulaient, dit-il, s'inviter au bulletin de nouvelles.

75

Le Bénin occupe le 75e rang du classement mondial sur la liberté de presse de Reporters sans frontières en 2014.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer