Le Québec ne doit pas se sentir à l'abri, estime un expert

En dépit du drame qui vient de se... (Photo AP)

Agrandir

En dépit du drame qui vient de se dérouler à Paris et malgré les gestes d'intimidation qui peuvent avoir lieu, les médias ne doivent surtout pas adopter une position de repli, insiste le professeur.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Martin Ouellet
La Presse Canadienne
Québec

Les artisans de la presse québécoise ne sont pas à l'abri d'une attaque terroriste comme celle qui a endeuillé Charlie Hebdo, pense le professeur Antoine Char, de l'Université du Québec à Montréal.

L'attentat perpétré contre l'hebdomadaire satirique parisien révèle à quel point la liberté d'expression demeure fragile dans les sociétés occidentales et le Québec n'échappe pas à cette réalité, a analysé le professeur de l'École des médias en entrevue, mercredi, avec La Presse Canadienne.

«Il faut craindre pour la liberté d'expression tous les jours, peu importe qu'il y ait des événements comme ceux survenus à Paris. Je vais tomber un peu dans le cliché, mais la liberté d'expression est comme la démocratie: elle est fragile, il faut la défendre tous les jours et par tous les moyens», a-t-il déclaré.

En dépit du drame qui vient de se dérouler à Paris et malgré les gestes d'intimidation qui peuvent avoir lieu, les médias ne doivent surtout pas adopter une position de repli, insiste le professeur.

«Il faut éviter la censure, il faut éviter l'autocensure, c'est un combat de tous les instants et la liberté d'expression n'est pas seulement menacée par des attentats, elle est menacée par toutes sortes d'autres éléments. Il est évident qu'il faut dénoncer chaque fois qu'il y a une menace, qu'elle soit physique ou autre», a-t-il dit.

Il n'existe pas au Québec une publication équivalente à Charlie Hebdo faisant dans la provocation pure et la polémique. De l'avis du professeur Char, la presse du Québec est plutôt consensuelle - à l'image de la société québécoise elle-même. Néanmoins, elle n'est pas immunisée pour autant contre les visées meurtrières des ennemis de la libre pensée.

«Non, parce qu'on n'est à l'abri de rien maintenant, surtout à l'ère des médias sociaux, à l'ère du journalisme citoyen, à l'ère de tous les dogmes, on n'est à l'abri de rien. Si vous écrivez un texte qui ne plaît pas à quelqu'un, il va réagir à l'instant même grâce aux nouvelles technologies (...) Ça se fait à la nanoseconde avec tous les ratés et les dérapages verbaux ou autres qui peuvent survenir», a-t-il dit.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer