Le Financial Times amende un article critiquant Charlie Hebdo

Un manifestant brandit un exemplaire de Charlie Hebdo... (Photo: AFP)

Agrandir

Un manifestant brandit un exemplaire de Charlie Hebdo lors d'un rassemblement à Berlin.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Agence France-Presse
Londres

La tribune d'un journaliste du Financial Times (FT) dénonçant la ligne éditoriale «irresponsable» et «stupide» de Charlie Hebdo, peu après l'attaque meurtrière contre le journal satirique français, a été republiée dans une version édulcorée à la suite de critiques en ligne.

Dans un article d'opinion mis en ligne en début d'après-midi, Tony Barber, rédacteur-en-chef Europe du FT, a écrit: «La France est le pays de Voltaire mais trop souvent l'irresponsabilité éditoriale a prévalu chez Charlie Hebdo».

«Il ne s'agit pas pour le moins du monde d'excuser les meurtriers, qui doivent être attrapés et punis, ou de suggérer que la liberté d'expression ne devrait pas s'appliquer à la représentation satirique de la religion, a-t-il ajouté. Mais seulement de dire que le bon sens commun serait utile dans des publications telles que Charlie Hebdo, ou le journal danois Jyllands-Posten, qui prétendent remporter une victoire pour la liberté en provoquant des musulmans, alors qu'en réalité ils sont seulement stupides.»

Le Jyllands-Posten avait publié douze caricatures de Mahomet en 2005, provoquant de violentes manifestations dans plusieurs pays musulmans. Ces dessins avaient été reproduits par Charlie Hebdo quelques mois plus tard.

La tribune a rapidement provoqué des commentaires acides et indignés, notamment sur Twitter où plusieurs internautes ont appelé M. Barber à la démission.

Une version actualisée et amendée de l'article est ensuite apparue sur le site du Financial Times.

L'éditorial de jeudi du quotidien économique défend cependant sans réserve Charlie Hebdo et le principe de liberté d'expression. «L'assaut sanglant (...) ne peut que provoquer la répulsion la plus profonde», écrit le journal.

Contacté par l'AFP, M. Barber n'avait pas répondu dans la soirée.

«L'article a été actualisé, cela fait partie du processus éditorial», s'est pour sa part contentée d'indiquer une représentante du journal, Darcy Keller, depuis New York.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer