«Journée de deuil national» jeudi en France

Au moins 15 000 personnes se sont rassemblées... (PHOTO JOHN MACDOUGALL, AFP)

Agrandir

Au moins 15 000 personnes se sont rassemblées à Paris, en début de soirée, en hommage aux victimes de l'attentat commis au siège de Charlie Hebdo.

PHOTO JOHN MACDOUGALL, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Agence France-Presse
PARIS

Le président français François Hollande a décrété une «journée de deuil national» jeudi en France et renouvelé son appel au rassemblement du pays, après l'attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts et 11 blessés à Paris.

«Notre meilleure arme, c'est notre unité. Rien ne peut nous diviser, rien ne doit nous séparer», a déclaré le chef de l'État lors d'une adresse courte et solennelle à la Nation retransmise sur les chaînes de télévision. Les drapeaux seront aussi mis en berne pendant trois jours, a précisé François Hollande.

«Je veux ici, en votre nom, dire toute notre reconnaissance aux familles, aux éprouvés, aux blessés, aux proches, à tous ceux qui sont aujourd'hui meurtris dans leur chair par ce lâche assassinat», a déclaré le chef de l'État.

«Ce sont aujourd'hui nos héros et c'est pourquoi demain sera une journée de deuil national, je l'ai décrété», a-t-il enchaîné.

François Hollande livrant son discours à l'Élysée mercredi... (Photo: AFP) - image 2.0

Agrandir

François Hollande livrant son discours à l'Élysée mercredi après-midi.

Photo: AFP

«Il y aura à 12 heures un moment de recueillement dans tous les services publics et j'invite toute la population à s'y associer», a-t-il poursuivi, précisant que «les drapeaux seront en berne trois jours».

Le président socialiste a également annoncé qu'il réunirait jeudi «les présidents des deux assemblées ainsi que les forces représentées au Parlement pour montrer notre commune détermination».

«Aujourd'hui, c'est la République toute entière qui a été agressée», a-t-il lancé. «La République, c'est la liberté d'expression, la République, c'est la culture, c'est la création, c'est le pluralisme, c'est la démocratie», a-t-il ajouté. «C'est ça qui était visé», a-t-il insisté.

«La liberté sera toujours plus forte que la barbarie (...) et rien ne pourra nous faire fléchir», a lancé le chef de l'État en appelant au «rassemblement sous toutes ses formes».

Le chef de l'État a précisé que onze hommes et une femme avaient été tués dans l'attentat. Le procureur de Paris François Molins avait annoncé plus tôt un bilan de 12 morts et 11 blessés, sans plus de précisions.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer