Osoma Krayem soupçonné d'avoir fréquenté l'atelier de confection des bombes des attentats de Paris

Osama Krayem... (PHOTO 24MALMO.SE)

Agrandir

Osama Krayem

PHOTO 24MALMO.SE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BRUXELLES

Le Suédois d'origine syrienne Osama Krayem, inculpé pour les attentats de Bruxelles et de Paris, est soupçonné d'avoir été présent dans «plusieurs caches» utilisées par le commando de Paris, dont celle où les ceintures explosives ont été confectionnées, a indiqué mercredi le parquet fédéral belge.

«L'instruction a pu mettre en évidence que c'est au moyen d'un véhicule loué par Salah Abdeslam (suspect-clé des attentats qui ont fait 130 morts à Paris) que Osama K. a été pris en charge le 3 octobre 2015 à Ulm, en Allemagne, et ramené en Belgique», a précisé le parquet dans un communiqué.

«Il aurait ensuite été présent dans plusieurs caches utilisées par le groupe terroriste, notamment celle de Schaerbeek, rue Henri Bergé» (quartier nord de Bruxelles) où les ceintures explosives ayant servi dans la capitale française le 13 novembre ont été fabriquées, selon la même source.

Déjà inculpé d'«assassinats terroristes» dans l'enquête sur les attentats de Bruxelles, Osama Krayem, 23 ans, l'a également été des mêmes chefs d'inculpation «le 15 avril» par le juge d'instruction bruxellois chargé du volet belge de l'enquête sur les attentats de Paris, a expliqué mercredi le parquet belge.

La référence à la rue Bergé conforte la conviction que les attentats de Paris et du 22 mars à Bruxelles (32 morts) ont été perpétrés par la même équipe.

C'est notamment dans cette planque que Salah Abdeslam s'est vraisemblablement réfugié après être rentré à Bruxelles le lendemain des attaques dans la capitale française, selon les médias. Il avait été arrêté le 18 mars à Bruxelles, après 4 mois de cavale.

Outre ses empreintes, les policiers belges y ont découvert en décembre du «matériel destiné à la préparation d'explosifs, ainsi que des traces de TATP», un explosif, et trois ceintures «confectionnées à la main».

Osama Krayem est soupçonné d'avoir acheté les sacs utilisés pour les attaques du 22 mars à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles qui ont été revendiquées, comme les attentats de Paris, par le groupe État islamique (EI).

Filmé par la vidéosurveillance du métro en compagnie du kamikaze de la station Maelbeek quelques minutes avant l'attentat, il aurait renoncé à se faire également exploser, a assuré la semaine dernière l'un de ses avocats, Me Vincent Lurquin.

Le sac à dos qu'il portait ce jour-là serait toujours recherché par les enquêteurs.

Arrêté le 8 avril à Bruxelles, Osama Krayem est depuis lors en détention provisoire en Belgique.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer